L’homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle : 6 croyances limitantes à bannir

46/52 – L’homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle : 6 croyances limitantes à bannir

L’homme qui voulait être heureux est un livre qui nous pousse à nous interroger sur nos croyances. Laurent Gounelle nous explique que la vie que nous vivons aujourd’hui est le résultat de nos croyances. Malheureusement, nous sommes encore trop nombreux à ne pas avoir conscience des croyances qui régissent notre vie et nous nous retrouvons bloquer dans un quotidien qui ne nous convient pas, à jouer des « rôles » et nous ne sommes pas nous-mêmes. Et s’il était temps de faire le tri dans nos croyances ? Voici 6 croyances limitantes à bannir.

 

L’homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle : 6 croyances limitantes à bannir
On se rejoint sur Pinterest ?

Salut, cher lecteur, chère lectrice. C’est Tiffany. J’espère que tu vas bien. Je suis très heureuse de te retrouver dans ce nouvel article.

Aujourd’hui, nous nous retrouvons autour du livre « L’homme qui voulait être heureux » de Laurent Gounelle qui nous aide à nous interroger sur nos croyances. 

En fait, il nous pose cette question et y répond : Comment reprendre le contrôle sur notre vie ? Comment être soi-même ?

Ce livre est pertinent, lumineux et d’une aide inestimable pour nous construire une vie heureuse. J’ai adoré sa lecture, c’est pourquoi il fait partie de ma liste des 52 livres de bonheur. C’est le 46e. 

Dans cet article, nous allons parler de ce que sont les croyances et comment se libérer de 6 d’entre elles. De plus, je te donnerai mon avis sur cette lecture.

 

Les croyances limitantes, qu’est-ce que c’est ?

 

# D’où viennent nos croyances limitantes ?

Des mots des autres

Quand nous naissons, nous n’avons aucune croyance. Nous sommes totalement ouverts et libres. Puis, au fur et à mesure que nous grandissons, nous développons des croyances en écoutant ce que les adultes disent de nous (nos parents, mais aussi nos professeurs).

Les adultes n’ont pas conscience que les mots peuvent s’imprimer en nous et… nous non plus d’ailleurs.

Dans le livre « L’homme qui voulait être heureux », nous voyons l’exemple d’une petite fille qui chante de plus en plus fort, alors que sa mère vient de rentrer du travail complètement épuisée. La mère finit par dire à sa fille de se taire, car elle a une horrible voix. Les mots deviennent une croyance et la petite fille en grandissant devient de plus en plus timide, n’osant plus parler… car inconsciemment, elle croit avoir une horrible voix.

C’est Don Miguel Ruiz dans son livre « Les quatre accords toltèques » qui explique très bien ce pouvoir des mots : qu’ils peuvent faire du bien ou du mal. C’est pourquoi il est important de faire attention aux mots que nous employons pour nous adresser aux autres.

Nous ne pouvons en vouloir aux personnes qui ont eu des mots maladroits. Ils n’ont pas conscience de ce qu’ils font. 

 

Des mots que nous nous répétons à nous-mêmes

Nos croyances se développent en fonction de ce qu’affirment les autres de nous, mais également en fonction de nos expériences vécues : échec ou réussite.

Par exemple, si la première fois que nous avons pris la parole en public cela s’est mal passé, nous pourrions avoir pour croyance que nous sommes nuls et pas fait pour ça. Par contre, si tout s’est bien passé, alors nous pourrions avoir cette croyance que nous sommes doués, que nous avons un talent. 

C’est pourquoi nous devons prendre bien soin de ne pas généraliser une expérience de vie ni d’exagérer ce qui nous est arrivé.

Car dans le premier cas, nous pourrions nous empêcher de réaliser des projets professionnels à cause d’une prétendue incapacité à parler en public à tout jamais, et dans l’autre, nous pourrions rester sur nos acquis et ne pas suffisamment bien nous préparer pour notre prochaine prise de parole. 

 

# Quels sont les effets de nos croyances sur notre vie ?

L’homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle : 6 croyances limitantes à bannirIl ne faut pas prendre à la légère nos croyances. Elles peuvent avoir un impact énorme sur notre vie. 

Dans le livre « L’homme qui voulait être heureux », Laurent Gounelle nous parle de plusieurs études pharmaceutiques qui démontrent le pouvoir des placebos, ces médicaments qui ne sont que des morceaux de sucre, mais qui sont prescrits à des personnes comme si c’était de vrais médicaments. Par exemple, un placebo est aussi efficace que la morphine dans 54% des cas !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  18/52 - La puissance de l'acceptation de Lise Bourbeau

Mais, il y a une autre étude encore plus percutante. On a donné des placebos à des personnes en leur expliquant que c’était de la chimiothérapie et 33% de ces personnes ont perdu leurs cheveux. Des personnes ont perdu leurs cheveux en ayant ingéré un morceau de sucre, juste parce qu’elles CROYAIENT ingérer un médicament qui allait leur faire perdre leurs cheveux…

Les croyances sont puissantes. Elles peuvent nous faire du bien, nous guérir ou nous faire du mal, nous rendre malades. 

C’est pourquoi il est essentiel de prendre conscience de toutes les croyances que nous hébergeons en nous et de faire le tri pour ne garder que celles qui nous rendent heureux.

 

# Nous créons notre vie à partir de nos croyances 

En fonction de nos croyances, nous ne vivons pas la même vie, car nous n’en percevons pas les mêmes choses. De plus, si nous croyons qu’une chose est vraie alors nous ferons tout pour qu’elle soit vraie. 

Dans le livre « L’homme qui voulait être heureux », l’auteur prend l’exemple de la croyance suivante : « Le monde est dangereux ». 

Si je pense que le monde est dangereux, je trouverai autour de moi tout un tas de raison pour le confirmer. D’ailleurs, je le provoquerai. En effet, si je pense que le monde est dangereux, mon visage sera fermé, mes sourcils froncés. Quand les autres verront mon attitude, ils se fermeront aussi. Je me retrouverai au milieu de visages fermés, confirmant ainsi que les gens sont bizarres, voire menaçants.

Cela dit, cette croyance n’est pas forcément toujours limitante, car elle nous amène à nous montrer plus prudents que quelqu’un qui pense que le monde est amical.

Cependant, même s’il n’y a pas de « bonnes » ou de « mauvaises » croyances, la question que nous devons nous poser, c’est : est-ce que mes croyances me rendent heureux ou malheureux ?

 

Comment prendre conscience de nos croyances limitantes ? 

 

L’homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle : 6 croyances limitantes à bannirLa plupart du temps, nous n’avons pas conscience de nos croyances. Elles se sont ancrées en nous lorsqu’on était trop petit, ou alors, elles nous semblent tellement être la vérité que ça ne nous vient pas à l’esprit que ce ne sont que des croyances, qu’elles ne sont pas vraies.

Pourtant, c’est tout à fait le cas. Nos croyances ne sont que des pensées, une perception de la vie, des gens, de nous-mêmes et nous pouvons en changer.

Mais pour en changer, il faut tout d’abord en prendre conscience.

Dans le livre « L’homme qui voulait être heureux », l’auteur nous partage une série de questions simples, mais tellement puissantes, qui nous aident vraiment à faire le point sur nos croyances et à en faire le tri, pour notre plus grand bonheur et bien-être.

 

Question #1 à se poser

Prenons autant de temps que nécessaire pour rêver que nous sommes dans un monde où tout est possible. Imaginons que nous n’avons aucune limite et que nous pouvons réaliser tout ce que nous souhaitons. Faisons comme si nous avions tous les diplômes du monde, une intelligence parfaite, un grand sens relationnel, un physique de rêve… Bref, tout ce que nous voulons. 

Maintenant, imaginons à quoi ressemblerait notre vie : que ferions-nous ? Quel sera notre travail, notre vie de famille, notre vie sociale ? Où habiterions-nous ? Quels seront nos hobbies ? Comment notre vie se déroulera-t-elle ? 

Prenons le temps de l’écrire dans un carnet ou sur une note que nous pourrons conserver. Laurent Gounelle dans son livre parle de « testament de bonheur ».

 

Question #2 à se poser 

L’homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle : 6 croyances limitantes à bannirUne fois que nous avons découvert quelle était notre vie de rêve, comparons-la avec notre vie actuelle. Pour cela, répondons à cette question : qu’est-ce qui m’empêcherait de vivre cette vie désirée ? 

Rentrons dans les détails. Listons toutes les raisons qui rendent impossible la réalisation de notre vie de rêve, de nos projets… et finalement de notre accès au bonheur. 

Puis, revenons à notre vie actuelle et réfléchissons aux raisons qui pourraient expliquer pourquoi notre vie n’est pas celle que l’on vient de décrire ? 

Ainsi, nous pouvons prendre conscience de nos croyances, celles qui nous empêchent d’être heureux, de nous réaliser et d’être vraiment nous-mêmes.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  38/52 - "Demain est un autre jour" ou 10 règles à suivre pour vivre sa vie de rêve

 

Les 6 croyances limitantes à bannir

Dans le livre « L’homme qui voulait être heureux », Laurent Gounelle nous parle de 6 croyances limitantes qui nous empêchent d’être heureux, de faire ce qui est bon pour nous. 

 

Croyance limitante #1 –  Je ne suis pas capable

L’une de nos plus grandes croyances, c’est que nous ne sommes pas capables de vivre notre vie de rêve.

Ce qui est faux. La question n’est pas que nous ne sommes pas capables, c’est plutôt que nous ne savons pas comment faire pour vivre notre vie de rêve. Comment concrètement nous pouvons la réaliser, voilà la vraie question !

C’est pourquoi il est important de « démystifier » notre projet.

Si dans notre vie de rêve, nous faisons un autre travail et qu’aujourd’hui, nous ne savons pas comment faire pour exercer ce travail dont nous rêvons, et bien il va falloir réfléchir à comment !

Nous sommes donc invités à lister précisément tout ce que nous avons à faire pour réaliser notre projet. 

Puis, noter pour chaque tâche ce que nous savons faire et ce que nous ne savons pas encore faire. 

Ensuite, il nous suffira d’acquérir les compétences manquantes. 

 

Croyance limitante #2 –  C’est trop difficile 

« Celui qui se laisse arrêter par la première difficulté rencontrée ne va pas loin dans la vie. »

L’homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle : 6 croyances limitantes à bannirIl ne faut pas confondre se complaire dans la facilité et se réaliser dans le dépassement de soi. Pour être heureux, nous avons besoin de donner le meilleur de nous-mêmes, de faire au mieux, de FAIRE tout simplement. Le bonheur se trouve dans l’action. 

De plus, nous ne sommes pas obligés de faire les choses seuls. Nous pouvons demander de l’aide et du soutien. Mais, là encore, une croyance nous retient : je ne veux pas déranger les autres avec mon projet. 

« On ne fait pas grand-chose dans la vie si on ne sait pas aller vers les autres et demander un soutien, un appui, de l’aide, des conseils, des contacts. » 

 

Croyance limitante #3 –  Je vais déranger les autres avec mon projet

En fait, nous n’avons pas peur de déranger, nous avons peur qu’on nous dise « non ». 

« Votre peur provient d’une confusion entre le rejet d’une demande et le rejet d’une personne. Ce n’est pas parce que l’on décline une requête de votre part que l’on ne vous aime pas ou que l’on n’a pas de considération pour vous. »

Apprenons à recevoir des « non », et surtout apprenons à recevoir des « oui », car la plupart des personnes veulent faire plaisir, veulent être utiles aux autres, alors nous serons surpris par le nombre de personnes qui nous répondront « oui ».

 

Croyance limitante #4 –  Je vais échouer comme toujours

« Un bébé va tomber en moyenne deux mille fois avant de savoir marcher. »

L’échec fait partie de la vie. C’est un bon moyen d’apprendre, et en aucun cas le signe pour s’arrêter d’essayer. 

 

Croyance limitante #5 –  Je ne veux pas renoncer à quoi que ce soit

« Il y a des circonstances où l’on est amené à faire des choix, donc à renoncer à des choses auxquelles on tient, pour aller vers ce que l’on a le plus à coeur. »

« Je voudrais juste que vous preniez conscience que l’on ne peut pas réaliser le rêve de sa vie si l’on n’est pas prêt à faire des efforts et, si nécessaire, quelques sacrifices. » 

L’homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle : 6 croyances limitantes à bannirDans le livre « L’homme qui voulait être heureux », le personnage se rend compte que pour mener à bien son projet, il aura besoin de faire quelques formations et donc de dépenser de l’argent. 

Au début, il dit « Je n’ai pas d’argent », la personne qui l’accompagne lui fait remarquer qu’il a bien de l’argent pour partir en vacances à l’autre bout du monde. Le personnage répond que les vacances c’est important pour lui, que c’est un plaisir. Et l’autre l’invite à prendre conscience qu’il y a une différence entre se faire plaisir et se construire sa vie de rêve…

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment ça a commencé ? Mon projet de lire et de résumer 52 livres sur le bonheur en 52 semaines

Dans un premier temps, quand nous construirons notre vie de rêve, nous aurons besoin de faire quelques sacrifices et de faire preuve de volonté !

 

Croyance limitante #6 – Je vais décevoir ma famille

« Ils ont le droit d’avoir cette opinion, et vous avez le droit de faire ce que vous voulez de votre vie. »

« Chacun est responsable de sa propre appréciation. Vous n’êtes pas responsable des opinions d’autrui. »

Nous n’existons pas pour faire plaisir aux autres, pour rentrer dans des cases dans lesquelles les gens voudraient nous faire rentrer. Nous sommes là pour être nous-mêmes et cela veut dire que oui certaines personnes ne comprendront pas nos choix, mais que cela ne les regarde pas. 

C’est pourquoi il faut bien faire attention lorsque nous prenons la décision de devenir nous-mêmes et de construire notre vie de rêve. Certaines personnes de notre entourage ne comprendront pas et voudront nous voir échouer. Ce sont des saboteurs de rêve. Oui, c’est malheureux, mais c’est comme ça. 

Les autres ne se rendent pas compte que c’est important pour nous, ils croient bien faire en nous disant tout un tas de choses qui vont à l’encontre de nos rêves.

La solution est de s’éloigner de ses personnes, de ne pas leur parler de notre projet.

 

Qu’est-ce que j’ai pensé du livre « L’homme qui voulait être heureux »

L’homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle : 6 croyances limitantes à bannir
On se rejoint sur Instagram et Facebook ?

J’ai adoré cette lecture, car le sujet est passionnant. Prendre conscience de nos croyances limitantes peut vraiment changer notre vie. Tout est expliqué de manière claire, simple, concrète et Laurent Gounelle nous donne de vrais outils pour faire le tri et être heureux. 

C’est un livre bien écrit, dans lequel on voyage à Bali. C’est une belle histoire, agréable et percutante à la fois. 

En fait, c’est un livre qui nous change pour notre plus grand bonheur.

Un grand merci à Laurent Gounelle.

Je te conseille ce livre si tu as l’impression de tourner en rond dans ta vie, d’être prisonnier dans certains domaines : travail, famille, amour… Tu trouveras des mots qui t’inspireront et te feront du bien. 

T’es-tu reconnu dans l’une de ces 6 croyances limitantes ? Qu’en penses-tu ? Connais-tu Laurent Gounelle et ses livres de bonheur ?

 

Si tu veux en savoir plus sur comment être soi-même

Je t’invite à lire ces 2 articles complémentaires :

  • Découvre comment ne plus avoir peur du regard des autres, en cliquant ici.
  • Dans cet article, découvre comment vivre en paix avec les autres.

 

Je te remercie de tout coeur d’avoir lu cet article.

J’espère qu’il t’a plu et qu’il te sera utile pour faire de ta vie, une vie plus belle et plus sereine.

Tu peux le partager, si toi aussi, tu as à coeur de propager le bonheur autour de toi.

Porte-toi bien !

Tiffany 

Si tu as aimé, tu peux partager :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    227
    Partages
  • 27
  • 200
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *