L'apprentissage du bonheur de Tal-Ben-Shahar

13/52 – L’apprentissage du bonheur de Tal Ben-Shahar

L'apprentissage du bonheur de Tal-Ben-Shahar
On se rejoint sur Pinterest ?

Suis-je heureux ? Est-elle vraiment la question à se poser ? La réponse n’est-elle pas simpliste,  sinon définitive  ? C’est oui ou c’est non. C’est terrible comme constat, car dans les deux cas, cela sous-entend que nous sommes arrivés à destination. Tal Ben-Shahar dans son livre “L’apprentissage du bonheur” nous invite plutôt à se poser cette question : Comment être plus heureux que je ne le suis aujourd’hui ? 

 

Salut, cher lecteur, chère lectrice. C’est Tiffany. J’espère que tu vas bien. Je suis très heureuse de te retrouver dans ce nouvel article.

Aujourd’hui, pour répondre à la question : « Comment être plus heureux ? », nous allons nous appuyer sur le livre L’apprentissage du bonheur de Tal Ben-Shahar.

C’est le 13e livre de ma liste des 52 livres sur le bonheur, que je me suis engagée à lire et à résumer en 52 semaines.

Tout d’abord, je vais te donner mon avis sur ce livre. Ensuite, je vais te partager 6 pépites de bonheur pour apprendre à être plus heureux et, à faire de notre une vie, une vie plus simple, plus sereine et plus belle. 

 

Quel est mon avis sur le livre de Tal Ben-Shahar?

 

J’avais vraiment hâte de le lire car l’auteur est présenté comme le plus grand spécialiste de la psychologie positive au monde. C’est aussi un professeur de Harvard très réputé. Il donne des cours sur le bonheur. Ses cours sont les plus suivis de toute l’histoire de l’école d’Harvard. Rien que ça !

De plus, il y a quelques semaines, j’ai lu le livre 3 kifs par jour de Florence Servan-Schreiber. Elle a suivi les cours de Tal Ben-Shahar. Dans son livre, elle nous raconte son cheminement pendant son année d’apprentissage du bonheur.

Le livre est plutôt petit. En fait, quand je l’ai enfin tenu dans mes mains, j’ai été étonnée : « Comment le spécialiste du monde peut nous apprendre à être plus heureux en un si petit ouvrage? »  🙂

Le contenu lui ne m’a pas déçu. C’est un livre qui m’a vraiment inspirée, à tel point que j’ai fait très consciencieusement plusieurs des exercices proposés. J’y ai trouvé des éclaircissements dans ma quête du bonheur.

Tal Ben-Shahar a un style très agréable à lire. Il illustre ses propos par des citations, des exercices et de petites questions. C’est un livre qui apporte beaucoup de conseils pour être plus heureux. 

Je le conseille à toutes et tous, car le discours de Tal Ben-Shahar n’est en aucun cas culpabilisant. On se sent bien. On se sent compris et accompagné. Il parle de processus, de faire mieux, et non de faire parfaitement. D’ailleurs, il a écrit un autre livre qui s’appelle : « L’apprentissage de l’imperfection ». Livre que je lirai très certainement. 🙂

 

Quels enseignements peut-on tirer du livre

 

Reprenons notre question : Comment être plus heureux que je ne le suis aujourd’hui ? 

Pour y répondre, j’ai trouvé 6 pépites de bonheur dans le livre.


1 – Trouver le sens et le plaisir dans chaque chose

 

Tal Ben-Shahar nous invite à se souvenir de notre semaine passée ou des 2-3 derniers jours (si l’on a pas bonne mémoire hihi). Listons sur une feuille toutes nos activités et essayons de leur donner une première note : sur le sens qu’on leur donne.

Est-ce que cette activité a du sens à mes yeux? A-t-elle un impact sur mon environnement et mon entourage ? Est-ce qu’elle correspond à mes valeurs de vie, mes passions et mes rêves ? Est-ce que j’ai fait cette activité pour moi ou pour me conformer aux attentes d’autres personnes que moi ?

Puis donnons à nos activités, une seconde note : sur le plaisir qu’on en retire.

Est-ce que cette activité m’a apporté un plaisir immédiat? L’ai-je réalisée avec le sourire ou au contraire, ça me fatiguait rien que d’y penser ?

L'apprentissage du bonheur de Tal Ben-ShaharÊtre plus heureux : c’est faire, selon la mesure du possible, des activités qui ont le plus de sens ET qui nous procurent le plus de plaisir. 

À cela, il nous faut comprendre qu’une activité qui nous procure du plaisir, mais, qui est vide de sens n’est pas celle qui nous rendra le plus heureux. L’inverse étant vrai aussi. Une activité qui a beaucoup de sens à nos yeux, mais, pour laquelle on ne ressent aucun plaisir aura aussi un faible impact sur notre bonheur.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  28/52 - Le charme discret de l'intestin de Guilia Enders

Par exemple, après avoir fait cet exercice, j’ai supprimé les petits jeux de mon portable. Je savais déjà qu’il n’avait aucun sens à mes yeux, mais, j’ai remarqué que finalement ce n’est pas ce qui m’apportait le plus de plaisir. C’est pourquoi j’ai décidé de lire davantage le soir.

Et toi, qu’as-tu remarqué en faisant cet exercice? Quelle activité a le plus de sens à tes yeux et qui t’apporte le plus de plaisir


2 – Maintenant et dans le futur

 

C’est peut-être la pépite qui m’a le plus bouleversée depuis le commencement de mon projet.

Tal Ben-Shahar parle de 4 visions différentes de la vie :

Il y a le « fonceur », celui qui ne pense qu’aux objectifs à atteindre. Il travaille dur et pense qu’« on n’a rien sans rien ». Il vit dans la perspective que le futur sera meilleur, mais, sous certaines conditions : s’il obtient son diplôme, cette promotion, s’il achète cette maison… Le problème du fonceur, c’est qu’en plus de s’épuiser, il sera bientôt insatisfait. Car il pense à tort que son bonheur est une destination, un résultat à atteindre.

Il y a l’« hédoniste », celui qui ne pense qu’au plaisir immédiat. L’avenir, il n’y pense jamais. Le problème de l’hédoniste, c’est qu’il ne pense pas aux conséquences négatives de son comportement comme : la mal-bouffe, l’abus d’alcool, le manque de sport…

Il y a le « fataliste », celui qui ne retire aucun plaisir ni dans son présent ni dans la perspective de son avenir. Il pense ne pas être fait pour le bonheur.

La 4e vision de la vie, dont parle Tal Beh-Shahar, est celle qui nous permet d’être plus heureux. Elle consiste à chercher dans notre situation, notre comportement, notre décision, un bénéfice immédiat ET à venir. 

 

 

comment retrouver la joie de vivre en 30 jours

 

Quelle vision de la vie adoptons-nous le plus souvent dans notre quotidien ? Nous avons certainement eu au cours de notre vie des comportements à la fois, de type fonceur, hédoniste et fataliste. T’en souviens-tu ?

J’ai tendance à voir la vie comme un fonceur. Je remarque que cela m’empêche de profiter des petits moments de plaisir de la vie et surtout de passer du temps avec mon entourage. Je n’ai pas le temps pour « ça ». 

J’ai eu aussi un comportement hédoniste en jouant plusieurs années aux jeux vidéos. J’avais choisi le plaisir immédiat durant tout mon temps libre. Là, encore le prix à payer a été de moins voir mon entourage et curieusement, de moins profiter des autres petits plaisirs de la vie. 

Aujourd’hui, pouvons-nous lister quelques activités qui nous offrent à la fois un bénéfice immédiat, mais aussi à venir ?

Je pense à la marche qui m’apaise immédiatement et qui en même temps, me permet de garder la forme sur le long terme. Je pense aussi à la lecture. Et toi

 

3 – Avoir des objectifs

Être plus heureux, c’est avoir des objectifs. C’est être capable de se concentrer et de surmonter des obstacles. On augmente ainsi notre confiance en soi et notre estime de soi. On se sent fier de nous en étant pleinement acteur de notre vie.

Tal Ben-Shahar met l’accent sur une chose importante. Ici, on ne parle pas d’atteindre nos objectifs, mais d’en avoir.

Atteindre des objectifs rend plus heureux, c’est évident. Malheureusement, ce sentiment de bonheur ne dure pas. Un sentiment d’euphorie nous transcende puis nous abandonne.

À l’inverse, ne pas avoir d’objectifs du tout ne nous rend pas plus heureux, car on se transforme en « hédoniste ». Pire, parfois. Quand on ne sait pas où l’on va, le risque est de se perdre en chemin. On ne sait pas s’il faut tourner à gauche ou à droite. C’est pourquoi on est très facilement envahi par le doute et l’angoisse. On est donc bien loin du bonheur.

Se fixer des objectifs nous permet d’avoir une vie pleine de sens, mais nous donne aussi la possibilité de vivre et de savourer le moment présent. On a une bonne raison de se lever chaque matin. 

On est en droit de se poser cette question : « Avoir des objectifs, d’accord, mais lesquels? »

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  25/52 - Et n'oublie pas d'être heureux de Christophe André

Notre objectif doit avoir suffisamment de sens à nos yeux. Il doit être en accord avec ce que l’on est et ce que l’on veut voir dans le monde. Il ne doit en aucun cas se conformer au regard des autres.

Le but d’un objectif n’est pas d’impressionner ou de rendre fier notre entourage. Mais, de donner le meilleur de nous-mêmes.

Notre objectif doit être suffisamment difficile pour que l’on fasse appel à toutes nos compétences, nos passions et nos talents. Et il doit être suffisamment facile pour que l’on s’en sente capable et qu’on puisse en retirer un plaisir immédiat.

Si avoir un objectif qui ait du sens pour toi était ta priorité, que ferais-tu de différent par rapport à aujourd’hui


4 – Le bonheur se cultive au travail

 

Connais-tu l’expression « être dans le flow » ? C’est être tellement concentré sur une tâche qu’on ne voit pas le temps passer. Tal Ben-Shahar parle d’états de flux. C’est la même chose.

Quand on connait un état de flux, c’est un moment où ce que l’on fait, ce que l’on est, prend tout son sens. On est totalement concentré sur ce que l’on fait. On laisse libre cours à ce qui est en nous. En fait, on fait appel à nos talents, à notre don.

On a donc le sentiment de s’accomplir pleinement et c’est un moyen d’être plus heureux.

De nombreuses études démontrent que c’est au travail que nous rencontrons le plus d’états de flux. Autrement dit, c’est dans notre travail que l’on a le plus de chance d’être plus heureux.

Et si notre travail ne nous plait pas ? Comment faire ?

Tal Ben Shahar propose deux choses :

Et si l’on revoyait nos croyances par rapport à notre travail? Si l’on partait du principe que c’est grâce au travail que l’on peut être plus heureux? Si au lieu de ne voir que des obligations, on percevait le privilège qu’il y a à travailler ? Qu’en penses-tu ?

Suis-je heureux dans mon travail ? Puis-je démissionner et trouver un autre travail qui a plus de sens à mes yeux ? Si ce n’est pas possible, que faire pour rendre mon travail plus agréable ? Est-ce que dans mon travail, il y a aurait un moment, une activité plus intéressante que les autres? Pourrais-je en augmenter la proportion

Si je peux changer de travail, pourquoi ne pas trouver ma vocation ! Puis-je lister tout ce qui a du sens à mes yeux, puis tout ce qui me fait plaisir et enfin, quels sont mes atouts ? Essayons de réunir ces 3 choses dans notre travail pour être plus heureux : du sens, du plaisir et notre talent, nos atouts.

 

L'apprentissage du bonheur de Tal Ben-Shahar

 

On peut se demander : « Mais alors que faire de notre temps libre, sommes-nous condamnés à être malheureux? »

Tal Beh-Shahar nous invite à arrêter de vivre notre temps libre comme un hédoniste, à ne rien faire de constructif pour notre avenir. Ne rien faire est finalement bien plus fatigant, n’est ce pas ?

Et si l’on s’autorisait pendant notre temps libre à faire une ou des activités pleines de sens et plaisantes? Ne serait-ce pas une manière de se re-booster après le travail et finalement, d’être plus heureux ?

 

5 – Simplifier notre vie

 

Ça a l’air contre-intuitif dit comme ça : simplifier sa vie.

Surtout quand on vient de voir que pour être plus heureux, il est conseillé de :

  • Pratiquer des activités qui nous apportent sens et plaisir, dont le bénéfice est immédiat et à venir.
  • Avoir des objectifs dans lesquels on peut s’exprimer pleinement.
  • Transformer notre travail en un lieu, un moment dans lequel on s’épanouit totalement.

Alors, comment pourrions-nous nous simplifier la vie avec tout ça en tête ?

Tal Ben-Shahar conseille de réfléchir à notre semaine idéale.

Un peu plus haut, nous avions listé et noté toutes nos activités de la semaine passée ou des 2-3 derniers jours. Nous nous étions intéressés qu’à celles qui avaient le plus de sens et qui nous apportaient le plus de plaisir.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  35/52 - Tu comprendras quand tu seras plus grande de Virginie Grimaldi : comment sortir d’une dépression ? 

Et si l’on s’occupait des autres activités ? Celles qui ne nous touchent pas, ni par le sens qu’on leur donne ni par le plaisir qu’on en retire. Pouvons-nous supprimer ces activités ou les réduire ? Pouvons-nous refuser certains de nos engagements ou obligations ? Pouvons-nous déléguer certaines choses de notre quotidien ?

Pouvons-nous « ritualiser » quelques-unes de nos activités avec du sens et plaisantes ? Comment pouvons-nous nous encourager à les faire et à prévoir du temps pour elles ?

Et si notre objectif dès aujourd’hui était de tendre vers notre semaine idéale. Une semaine avec le juste nécessaire d’obligations et d’activités qui ont du sens et qui sont plaisantes ?

On ne cherche ni la perfection, ni à ajouter des choses, mais seulement à faire mieux, mais moins. (Léo Babauta dans son livre L’art d’aller à l’essentiel a de très bons conseils pour cela).


6 – Bienveillance et gratitude au quotidien

 

Tal Ben-Shahar nous pose cette question : « Et si donner était le meilleur moyen d’être heureux? »

Il explique le cercle vertueux de la bienveillance : plus on aide les gens et plus on est heureux. Plus on est heureux et plus on aide les gens ! Car c’est en donnant qu’on reçoit le plus. Et c’est en recevant que l’on a envie de donner encore plus. Qu’en penses-tu ?

Ce que nous explique Tal Ben Shahar est très puissant, car ça veut dire que vouloir son propre bonheur n’est absolument pas égoïste. Au contraire, rechercher à être plus heureux, c’est aider les autres à être plus heureux. 

Aider les autres ne demandent pas de révolutionner le monde. Cela demande d’être soi, de s’accomplir, de trouver les activités qui ont le plus de sens pour nous, celles qui sont les plus plaisantes dans le moment présent. Cela demande de trouver comment être plus heureux que je ne l’étais hier. 

« Ne vous demandez pas ce dont le monde a besoin, mais ce qui vous éveille à la vie. Puis faites-le. Car ce dont le monde a besoin, c’est d’êtres qui s’éveillent à la vie » Harold Whitman.

Tal Ben-Shahar parle également de gratitude. Il exprime cela tellement bien que je préfère partager la citation :

« Accepter que tout est là : il n’y a rien de plus à vivre que les détails quotidiens, ordinaires. On mène une existence heureuse quand on tire du sens et du plaisir dans le temps passé avec ses proches, dans l’acquisition de connaissances nouvelles, ou dans la mise en oeuvre de tel projet professionnel qui nous intéresse. Plus nos journées sont pleines de ce vécu-là, plus nous serons heureux. »

Être reconnaissant de vivre une vie plaisante et pleine de sens. Être reconnaissant de trouver de la joie dans le moment présent. C’est ça, être plus heureux. 

 

Je te remercie de m’avoir lue. 🙂

J’espère de tout coeur t’avoir donné un peu d’inspiration pour faire de ta vie, une vie plus simple, plus sereine et plus belle.

Tu peux partager si toi aussi, tu penses que le bonheur se cultive jour après jour.

Je te dis à très bientôt.

Tiffany, chercheuse de pépites de bonheur

 

Si tu penses que ce livre peut t’être utile et que tu souhaites le commander par amazon, tu peux passer par ce lien. C’est un lien affilié. C’est à dire qu’Amazon me reverse entre 4 et 6 % de la somme. Cela n’a aucune incidence sur le prix d’achat final du livre. Cet argent me permet de continuer à acheter des lives sur le bonheur et à te proposer beaucoup de contenu gratuit. ????

Je ne suis pas la seule à avoir aimé ce livre, tu peux avoir d’autres avis sur ce livre en cliquant ici.

Si tu as aimé, tu peux partager :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    40
    Partages
  • 26
  • 14
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *