emotions

21/52 – Le décodeur des émotions de Yves-Alexandre Thalmann

emotions
On se rejoint sur Pinterest ?

Nos émotions jugées “gênantes” et “négatives” sont les boussoles de notre vie. Une émotion est le signal qu’un de nos besoins est comblé ou non. Apprendre à écouter nos émotions est indispensable dans notre quête du bonheur. Yves-Thalmann dans son livre “Le décodeur des émotions” nous propose des outils pour vivre plus heureux grâce à nos émotions.

 

Salut, cher lecteur, chère lectrice. C’est Tiffany. J’espère que tu vas bien. Je suis très heureuse de te retrouver dans ce nouvel article.

Aujourd’hui, on discute autour de nos émotions : une émotion, c’est quoi ? Comment décrypter une émotion et comment réagir devant une émotion ?

On s’appuie comme toujours sur un livre : “Le décodeur des émotions” de Yves-Alexandre Thalmann. C’est le 21e livre de ma liste des 52 livres sur le bonheur que je me suis engagée à lire et à résumer en 52 semaines. 

Dans cet article, je te donne mon avis sur ce livre. Et, je te partage 5 pépites de bonheur pour nous apprendre à être plus heureux.

 

Pépite de bonheur 1 
Faire la différence entre l’émotion, le ressenti, le sentiment, le besoin et la sensation ? 

 

L’émotion n’arrive pas seule, loin de là. Il y a le ressenti, le sentiment, le besoin et la sensation. Apprendre à reconnaitre les caractéristiques de chacun nous aide à mieux comprendre ce qui se passe en nous et donc à mieux gérer.

  • L’émotion

L’émotion est une réaction à un déclencheur. Souvent, on parle de cause. Ce qui est erroné. Un même déclencheur peut nous faire vivre des émotions différentes. L’auteur, M. Thalmann prend l’exemple d’un enfant qui fait une bêtise. À cette même bêtise, nous pouvons réagir : par la colère, par l’amusement ou par la peur.

Cela veut dire que l’émotion n’est pas induite par un événement extérieur mais bien par notre manière d’interpréter cet événement. La cause d’une émotion est donc intérieure. La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons changer les choses puisque ça vient de nous. 🙂

Une émotion est donc une réaction, elle nous permet d’agir immédiatement. En effet, qui dit émotion, dit ressenti.

  • Le ressenti

Le ressenti est l’ensemble des modifications physiologiques induites par l’émotion : le coeur qui bat plus vite, les bras et les mains qui se contractent ou au contraire, tout le corps qui se tétanise par la peur… Ces modifications physiologiques sont indépendantes de notre volonté. La seule chose que l’on peut faire, c’est d’en calmer l’intensité en respirant calmement et profondément. 

Aujourd’hui, ces modifications peuvent être gênantes et pourtant, au temps des cavernes, c’est grâce à cela que nous survivions.

  • Un sentiment ou une émotion ?

Quelle est la différence entre un sentiment et une émotion ? Une émotion est passagère alors que le sentiment peut durer dans le temps, parfois même, pendant toute une vie.

Une émotion est accompagnée obligatoirement de modifications physiologiques fortes alors que le sentiment non. Il est créé par le mental.

  • Les besoins physiologiques et psychiques

Nous avons vu que les émotions nous ont aidés à survivre et c’est encore le cas aujourd’hui. Derrière une émotion, il y a des besoins. Satisfaire nos besoins est ce qui nous permet de rester en vie.

Les émotions agréables traduisent que nos besoins sont satisfaits et les émotions désagréables traduisent l’inverse. C’est ce qui explique qu’il y a plus d’émotions désagréables que d’agréables. Quand tout va bien, on a pas besoin de précision, alors que quand ça va mal, il vaut mieux avoir des indices plus précis.

Écouter nos émotions est donc très important mais il faut aller plus loin et chercher quel besoin se “cache” derrière. En effet, quand nous sommes sujets aux angoisses et que nous allons chez le médecin, ce dernier traite le symptôme : l’angoisse, et non la cause : notre besoin. La solution n’est donc que temporaire.

Nos besoins peuvent être physiologiques : la faim, la soif et psychiques : besoin de reconnaissance, d’appartenance…

  • Une sensation ou une émotion ?

Quelle est la différence entre une sensation et une émotion ? Une sensation répond à un besoin physiologique : la faim, la soif… L’émotion répond à un besoin psychique : le besoin d’estime, d’amour…

  • Les émotions fondamentales et les émotions secondaires

Il existe 4 émotions fondamentales. Elles sont partagées par tous les êtres humains, sans distinction d’âge ou de culture. Ces émotions se lisent sur le visage : la joie, la peur, la tristesse et la colère.

Les émotions secondaires sont multiples.

. Elles ne s’identifient pas directement sur le visage.
. Elles ont un lien avec le mental. Par exemple, la honte qui suppose une comparaison avec autrui, la culpabilité quant à elle, implique un jugement de soi…
. C’est aussi le mélange de plusieurs émotions : l’amour est un mélange de tendresse, d’attirance, de joie…

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  5/52 - Agir et penser comme un chat de Stéphane Garnier

Merci à l’auteur, M. Thalmann pour ces précisions éclairantes. 🙂

 

Pépite de bonheur 2
Apprendre à connaitre les émotions

 

Les émotions nous sont toutes nécessaires pour faire changer les choses autour de nous.

  • La joie

émotionsLa joie est une émotion qui survient à l’occasion d’une réussite ou d’un gain. Elle s’éveille lorsque nos besoin de sécurité, de reconnaissance et d’amour sont comblés.

La joie est explosive et spontanée, elle ne se contrôle pas. De plus, elle est contagieuse et se partage avec autrui. Elle nous pousse en avant, à découvrir ce qui nous entoure avec curiosité et bienveillance. C’est une composante essentielle au bonheur.

  • La tristesse

La tristesse quant à elle, ne nous pousse pas en avant, bien au contraire. C’est un repli sur soi. Elle se vit quand on subit une perte : licenciement, séparation, décès, un projet qui ne se concrétise pas ou la perte de l’estime de soi, ou encore perte de la confiance en quelqu’un. Elle permet de prendre du recul sur une situation et de nous ré-roganiser.

La tristesse est aussi un moyen d’attirer l’attention, la sympathie et le soutien des autres.

  • La peur

La peur est une émotion qui nous protège des dangers. Elle est dont très utile. Cependant, elle peut parfois nous paralyser. C’était pratique au temps des cavernes pour ne pas attirer l’attention d’un prédateur. Aujourd’hui, elle se traduit surtout par le trac et nous prive de nos moyens.

Dans le pire des cas, on peut voir apparaitre de l’angoisse et des crises d’angoisses car la peur peut nous pousser à envisager tous les dangers potentiels d’une situation. Ça fait penser au hamster qui tourne dans sa roue du Dr Serge Marquis, qu’on retrouve dans son livre “On est foutu, on pense trop!”  Nos pensées tournent dans notre tête encore et encore et pas moyen de les arrêter.

  • La colère

La colère est une émotion redoutée car elle sous-entend de la violence. Or, la colère est une réaction saine pour nous indiquer que nos limites ne sont pas respectées.

La colere survient quand nous sommes face à un obstacle. L’auteur, M. Thalmann nous donne quelques exemples : un embouteillage est un obstacle à mon envie d’arriver à l’heure, un bug informatique m’empêche de travailler efficacement… C’est pourquoi, on se met en colère.

Cette colère nous permet d’avoir l’énergie nécessaire pour satisfaire notre besoin. Veillons par contre à ce qu’elle ne se transforme pas en violence.

  • La culpabilité

La culpabilité, c’est lorsqu’on se sent fautif d’avoir causé du tort à quelqu’un. Elle nous pousse à nous montrer altruiste et si besoin, à réparer nos fautes en s’excusant ou en proposant un dédommagement.

Attention donc aux manipulateurs qui se servent de notre émotion, la culpabilité pour obtenir des choses de nous.

  • La honte

La honte survient lorsqu’on se sent décalé par rapport aux autres, qu’on se sent inférieur et qu’on se dévalorise. On remet en question non pas notre comportement mais notre entière personnalité.

La honte est utile. L’auteur, M. Thalmann explique que la honte permet aux personnes d’être plus indulgentes envers nous. On sera plus enclin à pardonner à quelqu’un qui se montre honteux de son comportement plutôt que quelqu’un qui est indifférent. De plus, la honte nous pousse justement à bien nous tenir en société et à faire de notre mieux.

  • La jalousie

La jalousie et l’envie sont deux émotions différentes. La jalousie veut retenir quelque chose alors que l’envie pousse à l’obtenir.

La jalousie se vit lorsqu’on a le sentiment de perdre ce que l’on possède ou qu’il nous échappe. D’autres émotions surviennent en même temps que la jalousie : la peur, la colère ou la tristesse.

La jalouse traduit un manque de confiance en soi et/ou en l’autre.

 

Pépite de bonheur 3
Comment réagir face à l’émotion ? 

 

Tout d’abord, l’auteur, M. Thalmann explique qu’il n’y a pas d’émotions négatives. Une émotion est toujours positive car elle nous indique l’état de nos besoins pour nous permettre de vivre mieux. 

En fait, ce sont les réactions face à nos émotions qui peuvent être négatives. Souvent, les réactions induites par l’émotion sont de l’ordre du réflexe. Nous n’avons aucun contrôle dessus. Par exemple : la surprise provoque un agrandissement des yeux et nos bras et notre mâchoire “tombent”. La joie, elle, nous pousse à sauter, à chantonner, choses que nous ne ferions pas en temps normal.

Nous ne pouvons pas contrôler certaines manifestations de l’émotion mais nous pouvons apprendre à maitriser certains de nos comportements. M. Thalmann nous propose cet exemple : nous ne choisissons pas de devenir rouge de colère, par contre nous pouvons décider de ne pas insulter l’automobiliste qui vient de nous couper la route.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  3/52 - 3 kifs par jour de Florence Servan-Schreiber

Nous pouvons maitriser certains comportements par la respiration ! Quand nous sentons que l’émotion monte en nous, nous sommes invités à prendre quelques minutes pour respirer profondément et calmement. La respiration va apaiser les tensions de notre corps créées par l’émotion.

émotions

 

Pépite de bonheur 4
Comment exprimer nos émotions et réagir face à celles des autres ?

 

  • Nos émotions

Une fois que nous avons apaisé notre corps des tensions créés par l’émotion, notre travail n’est pas terminé. Une émotion doit être exprimée.

Si nous la gardons pour nous, en nous, cela génère un stress qui à long terme, peut être très dangereux pour notre santé mentale et physique et des difficultés relationnelles. Alors comment bien exprimer notre émotion ?

  • Une émotion doit toujours nous appartenir car elle traduit un de nos besoins. Ce n’est pas la personne en face de nous qui nous rend comme ci ou comme ça. C’est pourquoi, mon message doit commencer par “je” : “je suis énervé” et non pas “tu m’énerves”

Ça me fait penser à ce que dit Lise Bourbeau dans son livre “Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même”. Elle explique que notre entourage est là pour nous aider à nous transformer. On a tendance à projeter sur notre entourage les choses qui ne nous plaisent pas chez nous. Notre première réaction est de les voir comme des coupables alors qu’ils ne sont qu’une sorte de miroir à ce que l’on se fait subir soi-même.

  • Pensons à utiliser le verbe “être” et non pas, le verbe “sentir” : “je me sens agressé” sous entend une interprétation de l’acte de l’autre personne. C’est un jugement et donc cela peut entrainer des difficultés pour communiquer. De plus, en disant seulement “je me sens agressé”, la personne en face de nous ne sait pas si nous sommes en colère ou si nous avons peur. Soyons le plus clair possible.
  • Une fois que nous avons notre émotion : je suis en colère, triste, j’ai peur… Soyons précis. Attention à ne parler que de l’acte qui nous a heurté et ainsi, ne pas juger la personne sur sa personnalité. M. Thalmann utilise cet exemple éclairant : “Je suis peiné quand tu punis les enfants de la sorte” et non pas “Je suis peiné quand tu es trop sévère avec les enfants”. La dernière phrase émet un jugement sur la personne en face de nous.

 

  • L’émotion des autres

Parfois, la personne en face de nous vit une émotion et nous aimerions l’aider à l’exprimer. Comment faire ? Là encore, M. Thalmann est de bons conseils 🙂

C’est assez simple, on est invité à faire l’inverse que lorsqu’on parle de nos émotions. C’est à dire que l’on parle de notre ressenti.

  • On utilise les verbes comme : voir, entendre, sentir, ou alors “il me semble que”. Il n’est pas conseillé de dire cela par exemple : “Tu es fâché ?” La personne pourrait se sentir jugé, se vexer et même par mentir pour ne pas avoir à discuter de ce qui se passe en elle. “Il me semble que tu es fâché” donne plus de possibilités à la personne en face de nous pour s’exprimer.
  • émotionsAutre conseil de M. Thalmann : quand la personne exprime son émotion, il est conseillé d’exprimer notre empathie en écoutant sincèrement la personne, plutôt que de vouloir la rassurer à tout prix ou à vouloir dédramatiser la situation en disant : “Han lala mais il y a des problèmes plus grave dans le monde”. La personne en plus de son émotion de départ va se sentir coupable. Ce n’est pas vraiment la meilleure des façons d’aider cette personne.

 

Pépite de bonheur 5
Comment mieux vivre nos émotions ?

 

Vivre l’émotion est important pour être plus conscient de nos besoins. Prendre conscience et répondre à nos besoins permet de prendre les meilleures décisions possibles dans notre vie.

Comment vivre nos émotions sans tomber dans le contrôle ni dans l’anarchie ? M. Thalmann nous parle d’une “gestion saine” de nos émotions. Il nous propose toute une série d’étapes à suivre.

  1. Ne luttons pas contre nos émotions. Plus nous luttons et plus elles gagnent en intensité. Prenons la décisions de vivre nos émotions.
  2. Respirons ! Acceptons qu’elle soit là puis faisons lui de la place en respirant profondément et calmement. Prenons bien soin de gonfler nos poumons pour ne pas laisser notre émotion se comprimer en nous.
  3. Détendons-nous et pensons à sourire  L’émotion s’accompagne souvent de tensions. Apprendre à nous relaxer est indispensable pour mieux vivre notre émotion. Accueillons-la avec un sourire et détendons nos doigts, baissons et relaxons nos épaules, massons notre nuque…
  4. Verbalisons notre émotion. Cela permettra de réduire son intensité. Nous sommes invités à prendre conscience de ce que nous éprouvons : “j’éprouve de la tristesse, de la peur quand…” Revoir la pépite de bonheur 4 pour bien exprimer une émotion.
  5. Relativisons !
    • Tout d’abord, faisons bien la part des choses entre ce qui dépend de nous et ce qui ne dépend pas de nous. Cette notion de responsabilité est très bien expliquée par le Dr Bennett et sa fille dans leur livre “F*ck le développement personnel”. Un livre indispensable à lire avant d’entreprendre un travail sur nous.
    • Puis, projetons la situation dans le temps : est-ce que cela aura des impacts dans ma vie dans un mois, dans 10 ans ?
    • Nous pouvons aussi prendre garde à nos pensées “automatiques” qui sont souvent exagerées et non objectives : “Je suis trop nul.” Se demander : Suis-je vraiment tout le temps nul ? Dans tout ce que je fais ” Non, bien sur que non. La pensée à cultiver est : “J’ai été nul à ce moment precis. Je ferai mieux la prochaine fois.”
    • Quand nous sommes en colère, nous pouvons nous apaiser en pensant que nous ne vivons pas dans un monde parfait et qu’il y a tout de même des bénéfices à vivre dans le monde réel. C’est une chance d’avoir des enfants, même s’ils n’obéissent pas toujours. C’est une chance de posséder des objets même s’ils s’abiment avec le temps ou qu’ils tombent en panne. C’est une chance d’avoir des amis même s’ils n’ont pas toujours les comportements que l’on souhaite…
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  34/52 - Ne vous noyez pas dans un verre d'eau de Richard Carlson : Comment calmer son stress ?

 

émotions

Rejoins-moi sur Instagram 🙂 

 

Conclusion – Qu’est-ce que j’ai pensé du livre “Le décodeur des émotions” ? 

 

J’ai beaucoup apprécié le format et le contenu de ce livre. Son format tout petit implique un contenu simple, direct et concret. Tout ce qui est écrit a un but et est intéressant.

J’ai aimé avoir été éclairée sur la significations des mots et surtout, comprendre comment une émotion, un besoin, un ressenti se complètent et different des uns des autres. J’ai une bien meilleure compréhension de ce qui se passe en moi et j’en suis très reconnaissante à M. Thalmann. 🙂

C’est bien plus qu’une introduction au monde des émotions car les conseils et outils sont très concrets et simples à la fois. Après la lecture de ce livre, on peut mieux exprimer nos émotions et mieux les gérer également. Ce livre est, selon moi, indispensable.

 

Points positifs 

. Le format court

. Le prix très attractif

. Le contenu va droit à l’essentiel. C’est très pertinent.

. On fait le tour des émotions. De son apparition à son expression. Très utile pour se sentir mieux avec soi-même et avec les autres.

Points négatifs

. Manque un peu d’exemples

. J’aurais aimé plus de contenu sur les besoins derrière les émotions et comment les satisfaire.

Après, je suis bien consciente que dans un livre aussi court, on ne peut pas tout mettre. Et ce qu’il y a d’écrit est déjà très pertinent. 🙂

Si je devais donner une note à ce livre, ce serait 4/5

 

Je te remercie de m’avoir lue.

J’espère de tout coeur que ça t’a donné un peu d’inspiration pour faire de ta vie, une vie plus sereine et plus belle. 

Tu peux partager, si toi aussi tu penses que le bonheur s’apprend et que les livres sont de précieux enseignants.

Je te dis à très bientôt dans un prochain article.

Tiffany, chercheuse de pépites de bonheur

 

 

Si tu penses que ce livre peut t’être utile et que tu souhaites le commander par amazon, tu peux passer par ce lien. C’est un lien affilié. C’est à dire qu’Amazon me reverse entre 4 et 6 % de la somme. Cela n’a aucune incidence sur le prix d’achat final du livre. Cet argent me permet de continuer à acheter des lives sur le bonheur et à te proposer beaucoup de contenu gratuit. ????

Je ne suis pas la seule à avoir aimé ce livre, tu peux avoir d’autres avis sur ce livre en cliquant ici.

Si tu as aimé, tu peux partager :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    35
    Partages
  • 17
  • 18
  •  
  •  
  •  

1 commentaire sur “21/52 – Le décodeur des émotions de Yves-Alexandre Thalmann

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *