imparfaits libres et heureux

7/52 – Imparfaits, libres et heureux de Christophe André

imparfaits libres et heureux
On se rejoint sur Pinterest ?

L’estime de soi, autrement dit s’accepter est une composante essentielle au bonheur. C’est aussi important que d’avoir de bonnes relations. Malheureusement, s’accepter n’est pas toujours évident. Christophe André dans son livre “Imparfaits, libres et heureux”, nous donne des exercices simples et concrets pour avoir une meilleure estime de soi. 

 

Salut, cher lecteur, chère lectrice. C’est Tiffany. J’espère que tu vas bien. Je suis très heureuse de te retrouver dans ce nouvel article.

Aujourd’hui, je veux te parler du livre Imparfaits, libres et heureux de Christophe André.

Christophe André est médecin psychiatre à Paris et c’est aussi un auteur de plusieurs livres à succès.

Dans ce livre, il répond à plusieurs questions pertinentes : Qu’est-ce qu’une bonne et une mauvaise estime de soi ? Pourquoi est-ce important d’avoir une bonne estime de soi ? Comment avoir et améliorer son estime de soi ? 

Cet article a pour but de te donner mon avis et de te partager 4 pépites tirés de ce livre : 4 pépites de bonheur pour t’aider à vivre une vie meilleure.

 

Quel est mon avis ? Qu’est-ce que j’ai ressenti en lisant Imparfaits, libres et heureux ?

 

Peut être es-tu déjà au courant… J’ai un projet : lire et résumer 52 livres sur le bonheur, en 52 semaines. Le livre de Christophe André est le 7e de ma liste.

C’est le livre le plus intéressant, le plus complet et le plus éclairant que j’ai lu depuis le début du projet. C’est aussi le plus long et le plus « difficile ».

C’est le livre le plus intéressant car Christophe André a écrit, selon moi, une véritable encyclopédie sur l’estime de soi. Il répond aux questions : quoi, comment, pourquoi, quand. J’ai eu le sentiment d’avoir une vue d’ensemble, une vue très éclairante sur le sujet.

J’ai reçu aussi beaucoup d’outils pour améliorer mon estime de soi. Des exercices simples, qui ont en plus l’avantage d’avoir été « testés » par d’autres que moi. En effet, Christophe André nous ouvre les portes de certaines de ses séances de psychothérapie. C’est très percutant.

Je te le disais, c’est aussi le livre le plus « difficile ». C’est le plus difficile car il est long à lire. Il est vrai qu’en ce moment, je suis en période de transition, avec les travaux dans mon appartement. De plus, je rentre d’une expatriation de deux ans. Et forcément, j’ai beaucoup de gens à voir. 🙂

Mais n’empêche ! C’est un livre long à lire. En même temps… c’est logique puisque c’est quasiment une encyclopédie sur l’estime de soi.

Je te conseille de mettre pas mal de marque-pages car tu peux facilement de retrouver au milieu du bouquin et te demander : « Le début parlait de quoi déjà ? »

Personnellement, je trouve qu’une partie du livre est « dure » à lire. La 3e partie : Vivre avec les autres. C’est une partie où l’auteur parle des difficultés de vivre ensemble. Je me suis sentie assez mal. C’est le moment du livre où mon ventre s’est tordu un peu et ça m’a paru interminable… Plus de 100 pages.

Pour moi, c’est indispensable de lire Imparfaits, libres et heureux. D’ailleurs, je le re-lirai ! Parce que le livre est complet. L’auteur aborde des thèmes percutants comme la confiance en les autres, accepter les critiques, cesser les jugements… Je pense que Christophe André est ultra compétent et il est animé du désir d’aider les autres à retrouver, améliorer leur estime de soi. 

 

Quels enseignements peut-on tirer du livre Imparfaits, libres et heureux ?

Pourquoi c’est important d’avoir une bonne estime de soi ?

Avant toute chose, Christophe André explique que l’estime de soi est une composante au bien être et donc, au bonheur.

Il écrit que le bonheur, c’est :

1 – Avoir des buts
2 – Avoir une relative maitrise sur son environnement
3 – Avoir de bonnes relations avec les autres
4 – Avoir un minimum d’autonomie
5 – Avoir du temps pour se développer personnellement
6 – S’accepter et s’estimer

Qu’en penses-tu ?

Si tu es d’accord, j’ai une bonne nouvelle. Le livre Imparfaits, libres et heureux regorge de conseils pour avoir, améliorer son estime de soi.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  24/52 - Cheminer vers la sagesse de Deepak Chopra

Comment avoir, améliorer son estime de soi ?

Conseil n’1 – Ne pas se juger

 

« T’es vraiment trop nul. Tu t’es trompé, comme toujours. Tout le monde t’a entendu en plus… »

Ça te dit quelque chose ?

Christophe André écrit qu’on a tendance à surestimer le nombre de personnes qui font attention à nous. Deux fois plus. Autrement dit, quand je dis une bêtise, j’ai l’impression que 5 personnes m’ont entendues, en réalité ce sera 2 voire 3.

De plus, je ne sais pas si tu l’avais déjà remarqué, les gens ont tendance à  nous juger beaucoup plus positivement que l’on se juge soi-même.

Ça t’est déjà arrivé le lendemain d’une soirée d’écrire un message de ce genre : « Je suis vraiment désolé pour hier. J’ai un peu trop ronchonné… » Et la personne te répond « Quoi ? N’importe quoi ! C’était un super moment. J’ai adoré être en ta compagnie. » Là, tu te sens un peu bête… 🙂

Pourquoi on en arrive là ? À se juger, à exagérer, à généraliser sur nous, sur une situation. C’est (à cause d’)elle, la petite voix intérieure. Elle ne rate aucune occasion pour se placer en juge. Malheureusement, sans aucun filtre, elle peut se montrer tyrannique.

Voici quelques conseils pour se juger en toute bienveillance. Car oui, faire son auto-critique BIENVEILLANTE c’est utile. Nous ne sommes pas parfaits et  c’est bien d’en prendre conscience pour pouvoir évoluer. T’es d’accord ?

Pour une auto-critique en toute bienveillance :

. Faire la différence entre ce qui se passe RÉELLEMENT et l’interprétation que j’en ai, ce que j’en pense.

. Ne pas faire de conclusions hâtives.

. Ne pas exagérer : « Je suis TROP nul »

. Ne pas généraliser : « Je suis TOUT LE TEMPS TROP nul »

. Être précis : « Hier soir, quand j’ai fait ça, je n’ai pas agi au mieux. »

. Être constructif : « La prochaine fois, j’essaierai de faire plutôt comme ceci. » 

Un autre grand avantage au jugement bienveillant, c’est qu’en arrêtant de se juger, nous arrêterons de juger les autres.

Hé oui ! Si j’arrête de me juger en exagérant et en généralisant, je vais faire de même pour les autres qui m’entourent. Alors adieu les « gros cons », « de toute façon, c’est tous les mêmes »… 🙂

Conseil n’2 – Accepter

 

Accepter, c’est accepter qui on est, ce qu’on fait et la situation dans laquelle on vit en ce moment.

Accepter, c’est avoir une meilleure estime de soi. 

Quand on manque d’estime de soi, c’est souvent parce qu’on rumine en boucle des pensées négatives à propos de soi. On ne s’accepte pas !

On ne s’accepte pas quand on n’a pas trouvé la bonne réponse à une question. On se sent vexé ou humilié.

On ne danse pas, car on pense que l’on devrait savoir danser. On n’accepte pas le regard qu’on imagine que les autres pourraient avoir de nous. (Oui cette phrase est un peu compliquée. Ça prouve bien qu’on se complique bien trop la vie, non ?) En fait, c’est notre regard sur nous même, sur nos imperfections, que l’on accepte pas.

Dans notre tête, s’accepter, c’est dangereux. S’accepter, c’est dire « je ne sais pas », « je n’y connais rien ». C’est faire quelque chose qu’on ne sait pas faire et donc c’est s’exposer à d’éventuelles critiques. 

Christophe André écrit :

« Sous le regard des autres, si nous pensons que nous devrions parfaitement savoir danser, plonger, nager, goûter les vins… Non seulement nous ne le ferons pas, ce qui est notre droit, mais nous serons mal à l’aise de ne pas le faire, ce qui est absurde. »

Qu’en penses-tu ? Cette phrase a eu un effet libérateur sur moi. J’ai d’ailleurs appliqué ce conseil dans mon quotidien :

Dimanche dernier, j’étais à une petite réunion familiale. Il faisait pas très beau et ma mère a décidé d’aller au bowling. Je me suis dit : « Oh my god !!! Tout mais pas ça ! Je déteste le bowling !!! » 

Au fond de moi, je savais que j’exagérais parce que je n’ai jamais joué au bowling… Pourquoi ?
Tout simplement parce que je n’ai jamais joué au bowling. Logique, non 🙂

J’avais trop honte de jouer parce que je pensais « Tout le monde sait jouer, sauf moi. Tout le monde va se moquer de moi, c’est sur… »

Dimanche dernier, j’ai pensé à cette phrase de Christophe André et… j’ai joué au bowling !!! Pour la première fois de ma vie (je vais avoir 30 ans quand même hihi).

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  39/52 - L’apprentissage de l’imperfection de Tal Ben-Shahar : Comment se sentir bien dans sa tête et dans sa peau ? 

J’ai appris deux leçons : Premièrement, c’est bien plus drôle de jouer que de rester avec sa honte sur une chaise. Deuxièmement, personne ne s’est moqué de moi (ma famille, le personnel et les gens à coté), personne !!! Comme quoi, la seule personne qui se moquait de moi, c’était moi même. 

On peut donc se demander : « Comment mieux s’accepter ou accepter la situation présente ? »

. Accepter les conséquences bien que tu ne les souhaites pas et que tu ne t’y résignes pas. Se poser les questions : Qu’est-ce qui peut se passer si je ne sais pas, si je fais ça, dis ça (…) ? Quels sont les risques ? Et au pire ? 

Cet exercice permet d’agir plus sereinement dans un second temps.

Conseil n’3 – Se parler comme à un ami

 

Quelle est la différence entre s’estimer et s’admirer ? Le « type » d’amour que l’on se porte. S’estimer, c’est s’aimer d’amitié.

Comme un ami le ferait pour nous :

S’estimer, c’est être suffisamment exigeant envers soi-même pour aller de l’avant. 

S’estimer, c’est être suffisamment présent pour s’écouter et se respecter.

S’estimer, c’est être suffisamment tolérant pour s’accepter tel que l’on est, avec nos imperfections, nos ratés.

S’estimer, c’est se parler comme on parlerait à un ami. Que dis-tu à un ami quand il ne va pas bien, quand il a un problème ?
J’imagine que tu ne lui dis pas : « Mais put***, t’es trop nul ! C’est tout le temps pareil avec toi ! J’en ai marre !!! » 

Alors pourquoi certains d’entre nous sommes capables de nous dire ça ? Parce que nous ne sommes pas nos propres amis. Et si nous commencions dès maintenant ?

Peut être que tu te dis : « C’est bien beau tout ça, mais à quel moment je me parle ? J’ai pas le temps ! »

On peut parler de l’art de se parler à soi-même ! Je ne te le cache, c’est un art difficile à appréhender, surtout au début. Heureusement, ça s’apprend ! Il y a des principes à suivre.

As-tu déjà remarqué qu’on a tendance à sauter d’une activité à une autre. Une activité à peine terminée, fait place à une autre et ça, du matin au soir.

Je sais de quoi je te parle, je suis la reine. Je suis tout le temps occupée, à faire des milliers de choses (que je ne finis pas toujours d’ailleurs…) Peut être que tu te reconnais là-dedans. 🙂

Et si je te disais que nous passons notre temps à nous distraire. Autrement dit à nous éviter. Lire, regarder la télé, écouter de la musique sont autant de moments où nous nous fermons à nous-même.

Je ne dis pas qu’il faut tout arrêter. D’ailleurs, j’aime trop lire et écouter de la musique pour affirmer une telle chose. Je dis simplement qu’on peut prendre un peu de temps à nous parler pour ensuite, mieux profiter de nos distractions. Qu’en penses-tu ?

Comment trouver ce temps ? En se donnant rendez-vous.

1 – Écrire un journal ou tout du moins réfléchir chaque jour à ces questions :

Que m’est-il arrivé aujourd’hui ? D’agréable, de moins agréable ? Qu’est-ce que j’ai appris ? Comment me suis-je comporté avec moi-même ? Avec les autres ? 

Cet exercice est personnalisable en fonction de nos besoins. On peut aussi écrire ou simplement réfléchir aux choses dont on est reconnaissant (le journal de gratitude), aux choses qu’on aimerait faire, ressentir demain…

2 – Méditer quelques minutes


Tout simplement, se lever de son bureau, de son canapé… se mettre près d’une fenêtre, se tenir bien droit et respirer. Compter 10 inspirations et 10 expirations. Rester dans le moment présent, ne penser ni à ce que tu vas faire ensuite ou à ce que tu étais en train de faire. Profiter de ces quelques minutes pour être seul avec toi-même. À répéter plusieurs fois dans la journée.

Conseil n’4 – Faire confiance

Maintenant, que tu as appris à ne plus te juger et donc à ne plus juger les autres.
Maintenant, que tu acceptes ce que tu es, ce (et ceux) qui t’entoure.
Maintenant, que tu prends le temps de te parler en toute bienveillance.

Il est temps de faire confiance.

Sais-tu que ce qui nourrit le plus l’estime de soi est la reconnaissance sociale ? Autrement dit, un homme seul ne peut s’estimer. Un homme faisant partie d’un groupe le peut. Nous sommes des « animaux sociaux ».

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  42/52 - Le plus bel endroit du monde est ici de Francesc Miralles : que faire quand on déprime ?

Avoir une bonne estime de soi permet de faire plus facilement confiance aux autres car on a le sentiment d’être assez fort en cas de trahison. L’estime de soi, c’est être capable de savoir que je peux survivre en cas de malheur. C’est se sentir digne d’être aimé même lorsqu’on a été rejeté.

Faire confiance aux autres, c’est faire le choix d’une meilleure qualité de vie. 

Christophe André illustre cela avec un exemple très percutant : des touristes en vacances à l’étranger qui ont peur de se faire arnaquer. Ces touristes vont tout contrôler. Surveiller que le chauffeur de taxi prend bien le « bon » itinéraire. Comparer les prix de tous les restaurants avant de s’installer. Se crisper quand des vendeurs leur parleront. Alors oui, ils auront surement presque évité « toutes » les occasions de se faire avoir. Mais ils auront raté aussi TOUTES les occasions de vivre de belles choses : regarder le paysage par la fenêtre du taxi, discuter de la vie locale avec le chauffeur, de s’asseoir tout simplement à un restaurant où ça sent bon, de sourire, de bavarder… Leur méfiance leur aura fait ressentir une tension physique et leur vision du monde négative les aura certainement épuisé.

C’est la question que te pose Christophe André : Ne vaut-il pas mieux de se faire un peu arnaquer et profiter de ses vacances, plutôt que de tout verrouiller et en oublier de sourire ? Qu’en penses-tu ?

« La confiance – dans la lucidité – reste le moins mauvais moyen, et pour survivre, et surtout, pour bien vivre. Sinon, nous contribuons à fabriquer et à propager nous-mêmes cette société paranoïaque, cet enfer […] Autant que possible, la confiance, c’est aussi cela : apprendre à accepter le monde et les autres comme imparfait. Et la confiance lucide consiste à ne pas se mettre en position de dépendre et de souffrir de leurs imperfections. »

 

À qui s’adresse le livre Imparfaits, libres et heureux ?

 

Si tu ressens le besoin d’aller plus loin, d’évoluer alors ce livre est fait pour toi.

Ce sera un livre que tu pourras consulter régulièrement, lorsque tu te sentiras un peu plus fébrile avec ton image, ta situation. Quand tu sentiras qu’à l’intérieur de toi des pensées négatives reviennent en boucle, tu trouveras des conseils dans ce livre.

Ce livre s’adresse aussi à toi si tu as du mal à accepter les critiques, à parler de toi, à supporter les défauts des autres. 

Bien sûr ce livre peut être fait pour toi, mais aussi pour des personnes de ton entourage. N’hésite pas à leur en parler.

Je te conseille de lire ce livre en plusieurs fois et selon tes besoins. La table des matières est très claire. Il y a des tas de bonnes idées à aller piocher et à appliquer dans ton quotidien. Nul doute que je continuerai encore à te parler des pépites de ce livre dans le blog. 🙂

Voilà, nous en avons terminé (pour aujourd’hui !)

J’espère de tout coeur t’avoir aidé à te passionner pour ta vie et à vouloir la rendre encore meilleure. 

Je te remercie de m’avoir lue.
Je te dis à très bientôt.

Tiffany, chercheuse de pépites de bonheur 🙂

Si tu penses que ce livre peut t’être utile et que tu souhaites le commander par amazon, tu peux passer par ce lien. C’est un lien affilié. C’est à dire qu’Amazon me reverse entre 4 et 6 % de la somme. Cela n’a aucune incidence sur le prix d’achat final du livre. Cet argent me permet de continuer à acheter des lives sur le bonheur et à te proposer beaucoup de contenu gratuit. 🙂

Je ne suis pas la seule à avoir aimé ce livre, tu peux avoir d’autres avis sur ce livre en cliquant ici.

Si tu as aimé, tu peux partager :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    31
    Partages
  • 23
  • 8
  •  
  •  
  •  

2 commentaires sur “7/52 – Imparfaits, libres et heureux de Christophe André

  1. Bonjour Tiffany ! Ma sœur m’a envoyé le lien de ton site car elle sait que je m’intéresse au développement personnel. Et justement j’ai lu ce livre et il m’a chamboulé. Il m’a fait du bien et il m’a aidé à évoluer vers le mieux. C’est la première fois qu’un livre a eu un réel impact sur la vie !

    1. Tiffany Buton dit :

      Bonjour Nathalie,
      Quel plaisir de te lire, merci.
      Je comprends quand tu dis que ce livre t’a chamboulé. Christophe André est un homme inspirant et généreux. Je suis admirative et reconnaissante de tout ce qu’il nous partage dans ses écrits.
      Rien que le titre nous donne des ailes : Imparfaits, libres et heureux. 🙂
      Je te remercie pour ton témoignage. Je me sens moins seule avec mes livres et leurs pépites de bonheur.
      Tu dois être “mordue” de développement personnel pour que ta soeur pense à toi. Je trouve ça touchant.
      Te souviens-tu de ce qui t’avait poussé à lire le livre de Christophe André ?
      Belle soirée Nathalie 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *