comment calmer sa colère

Comment calmer sa colère ? 3 attitudes à adopter d’urgence

comment calmer sa colère
On se rejoint sur Pinterest ?

Comment calmer sa colère ? On se pose tous cette question. La colère n’est pas une émotion qui est la bienvenue, au travail comme à la maison, car elle est synonyme de violence et elle fait peur. Alors, on l’évite, on la tait ! Pourtant, la colère est utile et même positive. En effet, c’est elle qui nous pousse vers le changement, vers l’affirmation de soi et donc, vers une vie plus heureuse. 

 

Salut, cher lecteur, chère lectrice. C’est Tiffany. J’espère que tu vas bien. Je suis très heureuse de te retrouver dans ce nouvel article.

Aujourd’hui, nous discutons autour de la colère pour répondre à la question : Comment calmer sa colère ? 

Tout d’abord, nous allons nous intéresser à ce qu’est la colère ? Ensuite, nous verrons comment elle devient un problème dans notre vie. Et, enfin, je te partagerai 3 attitudes à adopter pour utiliser cette émotion pour avoir une vie plus belle et plus sereine. 

 

1 – Qu’est-ce que la colère ?

 

La colère est l’une des 4 émotions fondamentales :

  • La colère
  • La joie
  • La tristesse
  • La peur

Certains experts ajoutent deux autres émotions fondamentales : la surprise et le dégout.

Quand on parle d’émotions fondamentales, on parle des émotions qui sont universellement partagées par la même expression du visage (par exemple : les sourcils froncés de colère, le sourire de joie…)

La colère est donc une émotion partagée par tous les habitants de la Terre. Une bonne raison de relativiser, n’est-ce pas ? Ahah !

 

Qu’est-ce qu’une émotion ? 

On a tendance à penser qu’une émotion est une réponse à un déclencheur. Autrement dit, qu’une émotion a une cause extérieure. C’est faux !

comment calmer sa colèrePrenons un exemple : un enfant qui fait une bêtise. Pour ce même enfant et cette même bêtise, nous pouvons réagir à des moments différents de la journée par des émotions différentes : la peur, la colère, l’amusement…

L’émotion n’a donc pas de cause extérieure. Elle est le fruit de notre perception des événements extérieurs. 

La colère n’étant ni plus ni moins qu’une émotion, elle est donc aussi le résultat de notre façon de penser et de percevoir les choses.

 

À quoi sert une émotion ? 

Les émotions sont utiles, qu’elles soient agréables ou désagréables. Une émotion signale l’état de satisfaction de nos besoins.

Nos besoins sont physiologiques : besoin de manger, de boire, de dormir… mais aussi psychiques, comme le besoin de reconnaissance, d’appartenance…

Pour être heureux, nous devons satisfaire nos besoins. C’est pourquoi, nos émotions sont tellement importantes. Elles nous poussent dans la bonne direction pour nous sentir bien.

 

Quels sont les besoins cachés derrière la colère ?

La colère nous signale que l’un de nos besoins n’est pas satisfait.

comment calmer sa colèreSouvent, la colère arrive quand nous sommes face à un obstacle.

  • Un embouteillage nous empêche de satisfaire notre besoin d’arriver à l’autre.
  • Notre ordinateur qui a des soucis nous empêche de réaliser un travail efficace.

De plus, la colère peut cacher notre besoin d’être respecté.

  • Quand quelqu’un nous fait une queue de poisson, on se met en colère car on ne se sent pas respecté.

 

2 – Quand la colère devient un problème

 

Nous venons de voir que la colère est une émotion et qu’elle est donc positive, dans le sens où elle nous signale qu’un de nos besoins n’est pas satisfait.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Faut-il être égoïste pour être heureux ?

 

Comment survient la colère ? 

La colère survient après un évènement « déclencheur ». Un évènement qu’on interprète de telle façon que nous ressentons de la colère. Si on avait interprété ce même événement d’une autre façon, nous aurions pu tout aussi bien ressentir de la peur, de la joie, de la surprise…

La colère vient donc de notre manière de penser et d’interpréter un événement à un instant T de notre vie. Mais pas seulement…

La colère survient aussi du stress et des pensées générés par un événement. Autrement dit, si on apprend à mieux gérer notre stress, mieux on gère notre colère. De plus, si on apprend à ne pas écouter notre bavardage intérieur, on sait mieux gérer notre colère.

La colère n’est pas un problème sauf dans 2 cas précis :

  • quand elle est exprimée de manière violente et/ou répétitive
  • ou quand elle n’est pas exprimée du tout

 

La colère excessive

Dans l’excès, la colère est problématique.

Elle détériore :

  • notre santé. Notre corps souffre sous le coup de la colère. Il est en état d’urgence.
  • nos relations. Sous le coup de l’urgence ressentie par notre corps, les mots se bousculent dans notre bouche. Ils se font violents et dépassent bien souvent nos pensées.
  • notre sentiment d’appartenance. On se sent isolé pendant et après une colère. Seul contre tous. Cela peut conduire à la dépression.

 

La colère non exprimée

La colère fait peur. À moi, elle fait peur en tout cas. Je déteste être en colère et je déteste voir les gens en colère. Je fuis, littéralement ! Et, ce n’est pas non plus une solution.

La colère doit être exprimée et entendue, car derrière la colère il y a un besoin, le mien ou celui de l’autre.

Une colère non exprimée détériore :

  • notre santé mentale et physique. Tandis que la frustration s’accumule en nous, la dépression nous guette de plus en plus. Des comportements de fuite peuvent être adoptés comme l’abus d’alcool, de drogue…
  • nos relations. On peut passer notre colère sur d’autres personnes : les enfants par exemple. On peut aussi finir par abandonner totalement la relation sans prévenir.

 

comment calmer sa colère

 

« Les effets de la colère sont beaucoup plus graves que les causes. »
Marc-Aurèle

Les effets de la colère peuvent être dangereux et destructeurs. Apprendre à savoir comment calmer sa colère devient essentiel pour une vie plus heureuse.

 

3 – Comment calmer sa colère en adoptant 3 attitudes

 

La colère est une émotion positive qui nous pousse à satisfaire nos besoins pour être plus heureux. Malheureusement, l’expression de cette colère, quand elle n’est pas « adéquate » peut être dangereuse et destructrice.

 

Comment réagir face à la colère ? 

La colère est utile car elle a quelque chose à nous dire. Il nous faut donc l’accueillir et prendre le temps de l’écouter. Plus précisément, d’écouter le besoin qui n’est pas satisfait et qui se cache derrière notre colère.

Autrement dit, la colère ne doit pas rejaillir en dehors de nous en faisant des vagues monstrueuses et bousculant les gens autour de nous.

On peut apprendre comment calmer sa colère en adoptant 3 attitudes !

Ces 3 attitudes sont expliquées dans le livre « Transformez votre colère en énergie positive ». Les auteurs expliquent que nous devons choisir une des 3 attitudes et nous concentrer dessus. En effet, nous développerons les 2 autres naturellement en pratiquant celle que nous choisissons.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment bien ranger sa maison ? 5 étapes à suivre

Pour choisir une de ces 3 attitudes, c’est très simple : prenons celle qui nous plait le plus. 🙂

 

1ère attitude – La distance

comment calmer sa colèreC’est une prise de recul. On prend de la distance par rapport à la colère qui monte en nous. C’est extraire une partie de nous à la colère et être capable de regarder de plus haut. On observe ce qui se passe en nous :

  • dans notre corps : nos poings, notre mâchoire serrée, le rythme cardiaque qui s’accélère…
  • dans notre tête : nos pensées qui s’emballent et qui crient au respect : Pour qui se prend la personne en face de moi ?

Le but est d’observer ce qui se passe en nous et de prendre la décision d’attendre. On ne veut pas gâcher notre énergie dans un accès de colère.

 

2e attitude – La lenteur

Quand nous sommes sous le coup de la colère, tout en nous s’accélère : nos pensées, nos gestes, notre débit de parole, notre rythme cardiaque… Nous nouas agitons, nous gesticulons. Nous hurlons des mots de plus en plus vite. Nous devenons incohérents. Le but est de devenir lent pour pouvoir comprendre ce qui se passe en nous.

  • Bouger lentement, respirer calmement, desserrer les points, descendre les épaules…
  • Parler lentement, parler tout bas jusqu’à chuchoter, car on ne peut pas rester en colère quand on chuchote.

Les professionnels des urgences : pompiers, infirmiers… agissent lentement pour avoir des gens utiles et efficaces. Inspirons-nous d’eux !

 

3e attitude – Le Tri

C’est être capable d’être pertinent par rapport à ce qui se passe. Nous savons que la colère survient suite à notre manière de penser et de percevoir les choses.

comment calmer sa colèreNous savons aussi que tout le monde agit pour le mieux pour soi-même. Autrement dit, si quelqu’un ne répond pas à mes attentes, c’est tout simplement parce qu’il répond aux siennes et c’est tout à fait normal. La personne en face de moi n’est pas responsable de la satisfaction de mes besoins.

Faire le tri, c’est savoir faire la différence entre fait, opinion, jugement de valeur et sentiment. 

  • Revenir toujours aux faits car les jugements de valeur, les sentiments sont qu’une perception personnelle. C’est une perte de temps que de vouloir la changer chez l’autre.

En revenant aux faits, la situation devient moins « passionnelle » et la colère peut retomber.

 

4 – Comment calmer sa colère avec 8 exercices

 

  • Exercice 1

Pour prendre de la distance, nous pouvons avoir besoin de prendre aussi de la distance physiquement. Si besoin : sortir de la pièce, aller marcher, se relaxer, lire, aller conduire. Le but est de faire diversion, de concentrer notre corps et notre esprit sur autre chose que l’objet de notre colère. C’est un bon moyen pour calmer sa colère.

  • Exercice 2

Se projeter dans 5 ou 10 ans permet de relativiser l’impact dans le présent et dans le futur de l’événement actuel qui vous met en colère.

  • Exercice 3

Revoir mon attente. Quand je suis en colère, c’est que mon besoin n’est pas satisfait. Autrement dit, j’avais une attente, un désir et la réalité est différente.

Est-ce que mon attente est réaliste ? Si ce n’est pas le cas, quelle serait l’attente qui serait plus réaliste ? Qu’est-ce qui finalement a le plus d’importance pour moi ?

 

comment calmer sa colère

 

  • Exercice 4

Mettre des mots sur nos sentiments : écrire ou se confier à quelqu’un. Ça nous permettra de clarifier quel besoin se cache derrière notre colère.

  • Exercice 5

Faire diversion : la colère s’estompe rapidement si on apprend à faire diversion.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les 5 bienfaits de la marche

Quelques idées : écouter de la musique, se reposer, faire l’amour, se détendre, manger, boire, écrire, faire des exercices de relaxation, rire en regardant une vidéo drôle…

  • Exercice 6

Se questionner :

.Qu’est-ce que je ressens ? Suis je fatigué ou dans un mauvais état physique ?
. Ai-je juste besoin de repos ?
. Pour satisfaire mon besoin de repos, est-ce que le mieux ce serait de m’asseoir un moment ? de faire une pause ? de dormir ? de me relaxer ?
. Ou ai-je besoin d’un contact ?
. Et donc, est-ce que ça m’aiderait si je parlais à quelqu’un maintenant ?

  • Exercice 7

comment calmer sa colèreSe rappeler que nous voulons abandonner ces 3 types de pensées :

C’est mon bon droit : notre désir est si fort que l’autre se doit de le satisfaire !
C’est moi qui ai raison : Apprendre à ne pas discuter pour savoir ce qui est juste ou non. Apprendre que les désirs de chacun ont autant de poids que les nôtres.
Je peux changer l’autre : Un changement n’est possible que lorsqu’il est désiré, c’est a dire que lorsqu’on se sent encouragé et capable. Autrement dit, ce n’est pas en exerçant des pressions sur l’autre en utilisant la colère qu’il changera.

  • Exercice 8

Se souvenir de ne plus exagérer le comportement de l’autre. Pour cela, faisons le choix de ne plus utiliser ces 3 mots : « toujours, jamais, à chaque fois », lorsqu’on exprime notre colère à l’autre.

Ainsi, nous ne nous positionnons plus comme une victime (nous sommes responsables de nos pensées, sentiments et actes). L’autre ne se sentira plus agressé et sera plus à même de comprendre ce que nous ressentons et notre besoin. 

 

Pour en savoir plus sur comment calmer sa colère

 

Je te conseille ces livres inspirants :

Je te propose de lire ces articles :

 

comment calmer sa colère

Je te remercie de m’avoir lue.

J’espère de tout coeur que cet article t’a inspiré pour faire de ta vie, une vie plus belle et plus sereine.

Tu peux partager si toi aussi, tu penses que le bonheur se décide et s’apprend.

Dis-moi dans les commentaires, quelle attitude te plait le plus ? Et quel exercice choisis-tu pour calmer ta colère ?

L’attitude qui me plait le plus, c’est la lenteur. Agir plus lentement pour laisser ma colère retomber tout en prenant soin de ne pas « abimer » mon corps et mon esprit par sa violence, ça me plait. Et, l’exercice qui me semble le plus pertinent, c’est le 3. Je me pose cette question : qu’est-ce que je voulais ? Qu’est-ce que je viens d’obtenir ? Qu’est-ce qui finalement a le plus d’importance pour moi ?

À bientôt.

Tiffany

Si tu as aimé, tu peux partager :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    72
    Partages
  • 40
  • 32
  •  
  •  
  •  

4 commentaires sur “Comment calmer sa colère ? 3 attitudes à adopter d’urgence

  1. Ghislaine dit :

    Bonsoir Tiffany,

    Je viens de lire l’article parce que je me suis mise en colère aujourd’hui et que je ne décolère toujours pas. lol

    A la fin de l’article, je souris, donc la pression est retombée. MERCI.

    L’attitude qui me plait le plus est l’attitude 2 : “la lenteur”.

    L’exercice qui me plait le plus est le premier exercice : “la distance”.

    Merci pour ces moments de lecture qui permettent de tenter de se recentrer sur des choses essentielles et d’éviter de nous faire perdre du temps pour des broutilles.

    1. Tiffany Buton dit :

      Bonjour Ghislaine,

      Je te remercie de partager ton expérience. Je comprends quand tu dis que tu ne décolères pas. Nos pensées reviennent sur notre colère encore et encore si on ne prend pas de la distance. Il faut casser cette spirale et le premier exercice est donc tout trouvé. ^^

      J’aime quand tu dis “éviter de perdre du temps pour des broutilles”. C’est assez frustrant quand on y pense. On va passer un après-midi entier à ressasser un truc qui a duré une minute. Non, non ! La vie est bien plus belle et douce que ça. 🙂

      Passe une belle journée Ghislaine.

  2. Brigitte dit :

    Bonjour,
    Merci pour cet article qui aide à relativiser.
    Pour ma part, j’utilise la distance (prendre du recul physiquement ou moralement). Une bonne nuit de sommeil ça aide! Mais …. l’autre voit bien que je suis en colère.

    1. Tiffany Buton dit :

      Bonjour Brigtte,

      Merci beaucoup pour ton commentaire et ton partage d’expérience.

      Je suis d’accord avec toi, une bonne nuit de sommeil, ça aide. On relativise mieux après avoir dormi je trouve.

      Oui, l’autre voit que l’on est en colère. C’est une bonne chose. Tout d’abord, ça lui permet de voir que nos limites sont dépassées. L’autre, intuitivement (normalement ^^) va aussi prendre du recul.
      Le plus important étant notre propre regard sur nous. Accepter d’être en colère, c’est comprendre que c’est pour notre bien, un de nos besoins n’est pas satisfait. Prendre de la distance physiquement et moralement est nécessaire pour faire le point sur ce qui se passe en nous. L’autre attendra un peu 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *