Être malheureuse : ma vie avant mon apprentissage du bonheur

Être malheureuse : ma vie avant mon apprentissage du bonheur

Si aujourd’hui, j’apprends et j’enseigne le bonheur, c’est que je sais ce que c’est d’être malheureuse. Pourtant, pendant de longues années, je n’avais pas vraiment conscience de l’être. Mais, un jour, j’ai atteint le fond et c’est la colère qui m’a fait comprendre qu’il était plus que temps d’apprendre à être heureuse. Voici un aperçu de ma vie d’avant. 

 

Être malheureuse : ma vie avant mon apprentissage du bonheur

 

1 – J’étais au bord du divorce

 

Une des choses qui m’a fait prendre conscience que j’étais malheureuse, c’est mon couple. En effet, j’étais au bord du divorce.

Cela faisait 4 ans que nous étions ensemble et j’étais en train de faire mes valises.

Mais, avant cela, j’ai fait la même chose avec mes deux premiers amoureux. J’ai fait ma valise au bout de 3-4 ans.

Et là, j’ai compris que j’étais coincée dans un schéma de répétition, qu’il y avait quelque chose en moi qui me poussais à faire toujours les mêmes erreurs.

En fait, j’ai compris que le problème ne venait pas de mes amoureux, mais de moi, puisque j’avais toujours le même problème.

Et, pour ne plus être malheureuse dans ma vie, il fallait que j’apprenne à être heureuse en couple.

 

2 – Être malheureuse : je n’aimais pas mon travail

 

J’avais seulement 29 ans et j’en étais déjà à ma 3e reconversion professionnelle.

En fait, à chaque fois, j’étais euphorique en début de reconversion, j’étais motivée, heureuse, et au bout de quelque temps (quelques mois, parfois 1 ou 2 ans dans le meilleur des cas), je ressentais de nouveau ce sentiment que je n’aimais pas mon travail et que je devais en changer.

Là encore, j’ai pris conscience que j’étais coincée dans un schéma de répétition et que ce n’était pas mon travail, le problème, c’était moi. En effet, il y avait quelque chose en moi qui m’empêchais d’aimer mon travail et d’y être heureuse. 

Et, pour ne plus être malheureuse dans ma vie, il fallait que j’apprenne à être heureuse dans mon travail.

 

Être malheureuse : ma vie avant mon apprentissage du bonheur

 

3 – Les relations avec ma famille étaient très conflictuelles

 

Dans toute famille, il y a des problèmes, mais avec ma famille, nous étions tous arrivés à un point de nos vies particulièrement difficile.

Et, plutôt que de nous serrer les coudes, il y avait beaucoup d’histoires. On se faisait du mal les uns les autres.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  6 croyances limitantes qui nous empêchent d'être heureux

En fait, j’ai pris conscience que j’essayais à tout prix de régler les problèmes de ma famille, au point de les juger, de les critiquer et je me mettais dans tous mes états.

Et puis, un jour, j’étais trop fatiguée pour continuer et j’ai pris conscience que j’avais beau me démener, rien ne changeait.

Et, pour ne plus être malheureuse, j’ai compris que je devais apprendre à m’occuper de moi, de mon bonheur avant de m’occuper celui des autres.

 

4 – Être malheureuse : je ne me sentais pas à l’aise avec mes amis

 

Avant, je manquais énormément de confiance en moi, à tel point que je me sentais même mal à l’aise avec mes amis.

Je ne trouvais pas ma place, j’étais déstabilisée par le moindre changement. 

Je savais que quelque chose n’allait pas en moi, que ce problème m’appartenait, mais je ne savais pas quoi faire.

Alors, pour ne plus être malheureuse, j’ai décidé d’apprendre à être heureuse en commençant par apprendre à avoir confiance en moi.

 

Être malheureuse : ma vie avant mon apprentissage du bonheur

 

5 – Je n’osais rien faire tellement je manquais de confiance en moi

 

Autre symptôme que je manquais de confiance en moi, c’est que je n’osais rien entreprendre de nouveau. Hormis des reconversions professionnelles, ce qui est assez étrange tout de même, parce que ça fait peur une reconversion. En fait, je crois que j’ai toujours eu ce besoin affirmé en moi : celui d’être heureuse au travail.

Mais ce que je ne savais pas à l’époque, ce n’est pas tant le travail qu’on fait qui compte, c’est comment on le fait et pourquoi on le fait. Mais, ça, c’est une autre histoire.

En fait, à cette époque-là de ma vie, je n’osais même pas faire de nouvelles sorties. J’étais stressée à l’idée d’aller dans un musée, à la piscine. 

Alors, je restais chez moi. Mais, je recevais de plus en plus de remarques de mon entourage, d’avertissements même. Et, je me suis dit qu’une personne qui t’avertit, ça passe, mais quand c’est beaucoup de personnes, c’est qu’il y a vraiment un problème.

Alors, pour ne plus être malheureuse, j’ai décidé de prendre mon bonheur en main et d’apprendre à oser et à avoir confiance en moi.

 

6 – Être malheureuse : je râlais énormément

 

En fait, j’étais la râleuse numéro un. D’ailleurs, je râle encore aujourd’hui. En effet, il faut comprendre que même si j’ai appris à être heureuse, j’ai toujours des moments où je manque de confiance en moi, où je râle et où avec mon mari, on ne se comprend pas. Mais, maintenant j’ai conscience de mes failles et j’ai des outils pour trouver des solutions.

En fait, être heureux, ce n’est pas devenir une personne parfaite à la vie parfaite.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Apprendre à être heureux : 7 conseils pour être heureux en toutes circonstances

Donc, j’étais la râleuse numéro un. En fait, j’étais incapable de voir la chance que j’avais et je m’en suis rendu compte au bout de 4 mois de mon séjour en Russie.

En effet, j’ai vécu près de 3 ans en Russie. J’ai suivi mon mari qui a eu un contrat d’expatriation avec son travail. C’est quelque chose que j’avais choisi, que j’ai préparé avec mon mari pendant des mois.

Et, 4 mois plus tard, je me suis entendu râler sur ma situation et j’ai compris que ce n’était plus possible.

Alors, pour ne plus être malheureuse, j’ai décidé d’apprendre à être heureuse et d’apprendre à avoir la chance que j’avais et à trouver des solutions.

 

Être malheureuse : ma vie avant mon apprentissage du bonheur

 

7 – J’étais déprimée

 

Avant, j’étais souvent déprimée et ça pouvait durer longtemps. En fait, plus rien ne me donnait envie, ne me faisait plaisir. J’errais dans mon quotidien, je faisais les choses par automatisme et je ne souriais vraiment pas beaucoup.

J’ai compris que la moindre déception, la moindre tristesse prenait de trop grandes proportions. Autrement dit, je m’accrochais à ce qui me rendait triste, je n’arrivais pas à passer au-dessus.

En fait, c’est à force de rencontrer des personnes qui souriaient alors qu’elles avaient moins de chance que moi que j’ai fini par comprendre que je ne savais pas gérer ma tristesse et que cela gâchait ma vie sans que je ne m’en rende compte.

Alors, pour ne plus être malheureuse, j’ai décidé d’apprendre à être heureuse et d’apprendre à gérer mes émotions.

 

Être malheureuse, c’est maintenant terminé pour moi

 

Voilà, il m’a fallu prendre conscience de ces 7 choses dans ma vie pour comprendre que j’étais malheureuse et que tout venait de moi, de ma communication, de mon manque de confiance en moi, de ma mauvaise gestion de mes émotions, de ma tendance à râler, et j’ai décidé que c’était terminé.

Car, moi aussi, je voulais être heureuse. Moi aussi, je voulais être heureuse en couple, au travail, à la maison. Être heureuse malgré les imperfections de la vie, malgré les chagrins et les déceptions. 

Alors, j’ai décidé d’apprendre à être heureuse et plus rien n’a jamais été pareil. C’est la plus belle décision de toute ma vie. 

Et, c’est ce que je te souhaite à toi aussi. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai créé le blog Du bonheur et des livres et que j’ai créé des formations et des programmes uniques pour t’aider à être heureux, heureuse dans la vie.

 

Être malheureuse : ma vie avant mon apprentissage du bonheur

 

En savoir plus pour être plus heureux

 

Je t’invite à lire ces 2 articles complémentaires :

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Se contenter de ce qu'on a : 7 conseils pour dire adieu à la frustration

 

Je te conseille ces 2 livres inspirants sur le sujet :

  • L’art du bonheur du Dalaï-Lama. C’est un livre dans lequel le Dalaï-Lama et un psychiatre américain réfléchissent aux causes du malheur chez les occidentaux et comment y remédier grâce à la sagesse du Dalaï-Lama. C’est un livre passionnant sur le bonheur, mais aussi sur la bienveillance et la compassion. Je te conseille de tout coeur ce livre, car il fait beaucoup de bien.

 

 

 

  • L’art de se gâcher la vie de Marie Andersen. C’est un livre éclairant sur les gestes, les habitudes du quotidien qui nous conduisent au malheur et au mal-être. L’auteure nous offre des tas de conseils pour nous sentir mieux et c’est pourquoi je te conseille de tout coeur ce livre. Il t’aidera à mieux te comprendre.

 

 

 

Je te remercie de tout coeur d’avoir lu cet article.

Si tu as aimé, partage-le !

Prends soin de toi.

Tiffany

Si tu as aimé, tu peux partager :)
 
 
    

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *