Lise Bourbeau

18/52 – La puissance de l’acceptation de Lise Bourbeau

En colère, nous pouvons avoir ces mots “mon entourage est une vraie plaie”. Lise Bourbeau dans son livre “La puissance de l’acceptation” nous explique que notre entourage n’est pas là pour nous faire souffrir mais pour nous aider. Nous aider à nous transformer et à transformer notre vie. 

 

 

Salut, cher lecteur, chère lectrice. C’est Tiffany. J’espère que tu vas bien. Je suis très heureuse de te retrouver dans ce nouvel article.

Aujourd’hui, nous parlons de nos croyances et comment nous pouvons nous en libérer pour transformer notre vie.

Nous nous appuyons sur le livre de Lise Bourbeau “La puissance de l’acception”. C’est le 18e livre que je lis dans le cadre de mon projet : Lire et résumer 52 livres de bonheur en 52 semaines.

Cette lecture fait suite au premier livre de Lise Bourbeau “Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même”. Pour une meilleure compréhension, je te conseille de lire le résumé du livre avant de poursuivre ta lecture.

Dans cet article, je te donne mon avis et je te partage 7 pépites de bonheur pour faire de notre vie, une vie plus sereine et plus belle. C’est parti !

 

Pépite de bonheur 1
Arrêtons de nous voir comme des victimes, nous vivons des expériences

 

Quand une situation désagréable nous arrive, plusieurs choix s’offrent à nous. Parfois, on va choisir de se lamenter et de se plaindre. Parfois, nous n’en sommes même pas conscients. Nous disons : “Je n’ai vraiment pas de chance. Pourquoi ça m’arrive tout le temps à moi.”

Si quelqu’un devait nous faire la remarque : “Tu crois pas que tu te comportes comme un victime et que ce n’est pas comme ça que tu vas avancer”, nous regarderions cette personne avec de gros yeux : “Quoi ? Mais je ne me plains pas. Je fais juste un constat.”

Lise Bourbeau est très claire sur ce sujet. Quand on se plaint sans essayer de chercher une solution, nous ne faisons pas un constat, nous faisons notre victime.

Ce comportement de victime s’explique par notre blessure d’abandon. Cela ne sert donc à rien de nous juger ou de nous critiquer pour notre comportement. Nous avons une blessure à guérir et nous en sommes enfin conscients. Bravo !

“La vie est merveilleuse, elle s’occupe sans cesse d’attirer notre attention sur tout ce qui nous empêche d’être heureux.”

 

Pépite de bonheur 2
Trouver notre “je veux” plutôt que notre “je ne veux pas”

 

Maintenant que nous avons pris conscience de nos blessures à guérir, nous voyons plus clairement ce que nous ne voulons pas.

Lise Bourbeau explique que cela ne suffit pas. Pour transformer notre vie, nous avons besoin de savoir ce que nous voulons.

Si nous basons notre vie sur ce que nous ne voulons pas, nous la basons sur nos peurs. Par exemple, si nous souffrons de la blessure d’abandon. Nous dirons : “Je veux ne plus être seul. Je veux rencontrer quelqu’un.”

Cela ne peut pas fonctionner car on fait dépendre notre vie de quelqu’un d’autre. Mais alors, comment savoir ce que nous voulons ?

Lise Bourbeau propose dans la situation où nous nous sentons seuls :

  • Nous sentir bien même si nous sommes seuls
  • Faire davantage confiance aux hommes
  • Être plus positif dans la vie plutôt que me sentir victime
  • Trouver une passion qui m’apportera de la joie

Ces propositions ne dépendent que de nous et c’est ainsi que nous pourrons vraiment transformer notre vie.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  11/52 - L'art d'aller à l'essentiel de Léo Babauta

Pépite de bonheur 3
Accepter que nous sommes ce que nous ne voulons pas être

 

Lise Bourbeau nous dit cette chose :

“On ne peut devenir ce qu’on veut être tant et aussi longtemps qu’on n’a pas accepté d’être ce qu’on ne veut pas être”

L’acceptation est étape essentielle dans notre transformation. De plus, avant de pouvoir accepter les autres tels qu’ils sont, nous devons apprendre à nous accepter tel que nous sommes.

Quand on n’accepte pas quelque chose, que ce soit chez l’autre ou chez nous, nous agissons en réaction à cette chose. Je ne veux pas être comme ça, alors je suis comme ça. 

En agissant en réaction, nous ne sommes pas dans l’acceptation. Nous sommes prisonniers et la colère ou la frustration que nous ressentons, nous poussera à juger les autres et nous-mêmes.

Accepter les autres n’est pas le plus difficile, c’est nous accepter qui l’est. Pourquoi ? Parce que nous pensons que nous devons et pouvons nous contrôler, en fonction de ce qui nous semble bien et mal.

Lise Bourbeau pense que le bien et le mal n’existe pas, tant que notre intention n’est pas de blesser intentionnellement autrui.

Nous pouvons nous donner le droit d’être ce qu’ on ne veut pas être. Car comme ce que font les autres ne regarde qu’eux, ce que nous faisons ne regarde que nous !

“Nous accepter veut dire que nous nous permettons d’être ce que nous ne voulons pas être, qu’il est possible que l’autre n’aime pas ma façon d’agir et se sente blessé à cause de notre comportement, mais que c’est ainsi pour le moment.”

 

 

Pépite de bonheur 4
Regardons ce qui se cache derrière nos reproches et nos accusations

 

On peut se demander : “Mais comment savoir ce que je ne veux pas être ?” Notre entourage détient cette réponse.

Lise Bourbeau nous invite à écouter les reproches et les accusations que nous faisons aux autres. Écoutons bien et s’il faut, nous pouvons même les écrire.

  • Je trouve que tu es injuste quand…
  • Je me sens blessé quand…
  • J’ai peur que tu…
  • J’ai peur de devoir… si tu…

Une fois que nous avons les reproches et les accusations en tête, nous pouvons réfléchir à quel moment ces mêmes personnes de notre entourage sont susceptibles de dire la même chose de nous.

Si nos relations sont suffisamment bonnes, nous pouvons en parler directement avec ces personnes. Notre entourage nous écoutera et nous aidera à mieux nous connaitre, tant qu’ils ne sentiront ni jugés, ni critiqués. Expliquons bien notre démarche, ce n’est pas un règlement de compte, bien au contraire. 🙂

On peut se demander : “Quel est le rapport entre les accusations que je porte aux autres et moi ?”

Lise Bourbeau appelle cela la technique du miroir.

“En réalité, chaque fois qu’on accuse une personne, cela nous montre que nous nous accusons de la même chose, ou que nous nous en accuserions si nous avions le même comportement.”

C’est pourquoi, notre entourage peut nous aider dans notre transformation. Ce que l’on attire d’eux, c’est ce que l’on se fait soi-même.

Si nous empêchons d’être comme ça, nous attirerons des gens justement comme ça. Si on se critique soi-même sur un comportement, les autres nous critiqueront sur ce même comportement…

 

Pépite de bonheur 5
Arrêtons d’avoir peur pour les autres

 

“En réalité, nous n’avons jamais peur pour les autres, mais bien pour soi.”

Quand on ressent de la peur pour les autres, c’est tout à fait normal. Nous les aimons et nous voulons le meilleur pour eux. Malheureusement, en réagissant ainsi, les autres ne voient pas l’amour dans notre façon d’agir, mais plutôt que nous sommes injustes, que nous n’avons pas confiance en eux…

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  5/52 - Agir et penser comme un chat de Stéphane Garnier

Le vrai problème dans la peur que nous avons pour les autres, c’est la peur que cela éveille en nous.

Là encore, notre entourage est là pour nous aider dans notre transformation. Nous attirerons à nous des personnes qui attiseront nos peurs pour qu’enfin, nous en prenions conscience et que nous les guérissions.

On peut se demander : “Comment faire pour guérir nos peurs ?”

Quand nous avons peur pour quelqu’un, arrêtons nous un instant pour nous poser cette question : “Si ce que je redoute survient, comment je me sentirais ?”

Une fois que nous avons identifié de quoi nous avons peur, nous pouvons réfléchir à ce que nous voulons. Petit rappel : ce que nous voulons ne doit pas dépendre de quelqu’un d’autre mais seulement de nous.

Si nous avons peur que notre partenaire nous quitte, nous ne pouvons pas lui demander de rester quoiqu’il arrive. Nous pouvons vouloir que quoiqu’il se passe, nous y ferons face.

Nos peurs, une fois identifiées, peuvent être partagées à notre entourage. Nous pouvons dire à notre partenaire : “Quand je vois ça, j’ai peur que tu me quittes”, “Si cette chose arrive, j’ai peur que tu me quittes.”

 

Pépite de bonheur 6
Qu’est-ce que l’égoïsme ?

 

Lise Bourbeau explique une chose très interessante : l’égoïsme. Souvent, nous en avons une vision erronée.

Quand nous accusons quelqu’un d’être égoïste, c’est que nous pouvons l’être également à certain moment. Nous accusons l’autre de ce que nous nous accusons nous-même. 🙂

“Être égoïste, c’est vouloir que l’autre s’occupe de nos besoins avant les siens ; c’est prendre pour soi au détriment de l’autre ; c’est croire que les autres sont responsables de notre bonheur. C’est donc le contraire de l’amour véritable.”

Lise Bourbeau par cette définition de l’égoïsme explique que bien souvent, quand nous traitons l’autre d’être égoïste, c’est nous qui le sommes.

“Tu n’as pas préparé le repas alors que tu as terminé plus tôt” : Nous privons la personne de son temps de repos pour satisfaire notre désir.

Tant que nous  avons des attentes de l’autre, nous sommes égoïstes. Notre entourage n’a pas à satisfaire nos besoins. Ils peuvent refuser nos demandes.

L’auteure nous invite à faire la différence entre les mots : aimer et plaire. C’est par parce qu’une personne me refuse quelque chose et ne me fait pas plaisir, qu’elle ne m’aime pas. Et bien évidemment, l’inverse est vrai également. Nous n’avons pas à faire plaisir en satisfaisant les attentes de tout le monde et tout le temps, pour être aimé.

 

Pépite de bonheur 7
Arrêtons de vouloir tout contrôler, lâchons prise !

 

Quand nous voulons quelque chose et que nous ne l’obtenons finalement pas, nous nous sentons tristes. Quand on veut contrôler notre vie, on prend le risque d’être déçu et de perdre notre joie de vivre.

Lise Bourbeau nous invite à lâcher-prise. (Tu peux retrouver 3 exercices pour t’aider à lâcher-prise en cliquant ici)

“Lâcher-prise ne signifie pas ne plus vouloir quelque chose. Ça signifie plutôt être bien même si on n’a pas le résultat désiré.”

Lâcher-prise est possible si nous acceptons les choses. Accepter les choses est possible quand on comprend que nous n’avons aucun contrôle sur les choses qui ne dépendent pas de nous, et qu’il dangereux pour notre bien être d’en faire un désir.

Ça rejoint complètement la pépite de bonheur 2 : trouver notre “je veux” et non notre “je ne veux pas”.

Si notre intention est de trouver un(e) partenaire mais que j’accepte de ne pas en avoir un(e). Si nous voulons que quoiqu’il arrive nous sentir bien seul(e) alors nous lâchons prise.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  8/52 - Estime de soi : s'aimer pour mieux vivre avec les autres

Notre bonheur ne dépend plus de notre situation mais, de ce qui se passe en nous.

 

Conclusion – Qu’est-ce que j’ai pensé du livre de Lise Bourbeau ?

 

Qu’est-ce que j’ai pensé de ma lecture ? Il te suffirait de demander à mon entourage, j’ai pas arrêté de leur parler de mes découvertes ahah ! Ce livre m’a émerveillée.

Il se lit très facilement car c’est écrit sous la forme d’un dialogue.

Nous suivons l’histoire d’un couple, de leurs enfants, des tantes, de l’ex-femme… Nous les rencontrons les uns après les autres. Certains plus que d’autres. On s’y attache, on s’y retrouve.

Toutes ces personnes se retrouvent dans le bureau de Lise Bourbeau. Elle les écoute, les accompagne, les conseille… C’est passionnant !

C’est une merveilleuse suite du livre “Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-meme”. On comprend beaucoup mieux les impacts des blessures sur nos vies.

J’ai adoré. Ce livre, je vais le re-lire regulierement. C’est un vrai guide pour transformer notre vie et il donne du baume au coeur.

Je ne suis pas parfaite, tu n’es pas parfait(e) toi aussi. Personne ne l’est. 🙂

 

Points positifs

. Très facile à lire car écrit sous la forme d’un dialogue

. Très éclairant car les personnages se posent les mêmes questions que la plupart d’entre nous : comment être plus heureux, comment prendre soin de son couple, comment accepter d’etre seul, comment mieux surmonter la perte d’un être cher, comment mieux vivre les mensonges… Que de réponses à nos questions.

. Très pratique. Il y a un “essentiel à retenir” à la fin de chaque chapitre et une conclusion finale qui reprend tous les points intéressants.

. Une vraie expertise. Lise Bourbeau étudie ce sujet depuis plus de 25 ans. Elle l’expérimente chaque jour, en rencontrant des gens et aussi chez elle, à la maison.

 

Points négatifs

. L’auteure parle d’une notion dans le livre “le décodage de notre corps” mais nous n’avons que partiellement accès car cette notion est expliquée en détail dans un autre de ses livres.

. C’est indispensable de lire le livre “Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même” pour bien comprendre.

 

Si je devais donner une note à ce livre, je donnerais 5/5

 

Je te remercie de m’avoir lue.

J’espère de tout coeur t’avoir donné un peu d’inspiration pour faire de ta vie, une vie plus sereine et plus belle.

Tu peux partager si toi aussi, tu penses que la transformation de notre vie est possible et que cela passe par notre regard et nos reactions.

Je te dis à très bientôt.

Tiffany, chercheuse de pépites de bonheur.

 

 

Si tu penses que ce livre peut t’être utile et que tu souhaites le commander par amazon, tu peux passer par ce lien. C’est un lien affilié. C’est à dire qu’Amazon me reverse entre 4 et 6 % de la somme. Cela n’a aucune incidence sur le prix d’achat final du livre. Cet argent me permet de continuer à acheter des lives sur le bonheur et à te proposer beaucoup de contenu gratuit. 🙂

Je ne suis pas la seule à avoir aimé ce livre, tu peux avoir d’autres avis sur ce livre en cliquant ici.

Si tu as aimé, tu peux partager :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    21
    Partages
  • 21
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *