Et si le bonheur était avant tout une manière de voir les choses ?

Et si le bonheur était avant tout une manière de voir les choses ?

Une manière de voir les choses ? Le bonheur ? Cette définition du bonheur peut nous heurter, car nous pensons que le bonheur c’est bien plus que ça. Ce serait tout un tas de critères. En fait, il y a autant de façons d’être heureux que de personnes sur Terre. Mais… alors, pourquoi il y a autant de gens qui se disent malheureux ? Parce qu’ils ne voient pas leur bonheur à eux, mais celui des autres…

 

Et si le bonheur était avant tout une manière de voir les choses ?
On se rejoint sur Pinterest ?

Salut, cher lecteur, chère lectrice. C’est Tiffany. J’espère que tu vas bien. Je suis très heureuse de te retrouver dans ce nouvel article.

Aujourd’hui, nous nous retrouvons pour parler du bonheur et surtout, d’une manière de voir les choses qui fait notre bonheur ou notre malheur.

Cet article m’a été inspiré par le livre de François Lelord « Le voyage d’Hector ». Dès les premières minutes de lecture, ce livre m’a interpellée.

 

 

L’histoire et mon avis sur le livre en quelques mots

L’histoire : c’est un psychiatre qui commence à triste, frustré et un peu en colère à force de recevoir des gens qui n’ont rien dans leur vie pour les rendre malheureux, mais qui le sont pourtant. Il est d’autant plus en colère que ça commence à le contaminer et que lui aussi se sent de plus en plus malheureux sans de vraiment de raison pour l’être.

C’est pourquoi il décide de partir « en vacances » avec pour mission de comprendre ce qui rend les gens heureux. Alors, il parcoure le monde en abordant les gens avec cette question « Es-tu heureux ? Qu’est-ce qui te rend heureux ? »

Un livre qui fait du bien ! Il se lit facilement et il est agréable, car il est écrit d’une manière un peu « bonhomme ». Le ton de l’auteur est volontairement « naïf » je dirais. Et, ça donne un petit gout différent au livre et au sujet du bonheur.

C’est un livre qui fait rire et qui émeut. J’ai versé ma petite larme plusieurs fois. Cette lecture et ses personnages resteront longtemps dans ma mémoire pour m’aider à toujours rester connecté avec mon sentiment de bonheur. Un livre à lire !

 

Et si le bonheur était simplement une manière de voir les choses…

 

Je reprends le cours de l’article. Alors, je te disais que le bonheur est une manière de voir les choses, car il n’existe pas une seule façon d’être heureux…

En effet, certains sont heureux parce qu’ils font un métier qu’ils aiment, d’autres sont heureux parce qu’ils font quelque chose qu’ils aiment après leur travail, d’autres sont heureux parce qu’ils ont une famille qu’ils aiment et qui les aime, d’autres sont heureux parce que leur famille est heureuse… Ou, d’autres encore sont heureux parce que d’autres sont moins heureux qu’eux.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Que faire quand on ne sait pas quel chemin prendre ? 3 étapes à suivre

Des manières d’être heureux, il y a en des tas, mais alors pourquoi autant de gens sont-ils encore malheureux ? 

Et s’ils n’avaient pas la « bonne » manière de voir les choses ? Et s’ils voyaient le bonheur d’une « mauvaise » façon ?

 

Une « mauvaise » manière de voir les choses : Faire de « mauvaises » comparaisons

Et si le bonheur était avant tout une manière de voir les choses ?C’est peut-être la plus sûre manière d’être malheureux que de comparer notre vie à celle de ceux qui sont plus riches que nous, en meilleure santé que nous, plus importants que nous. Nous sommes dans la frustration, l’envie, la colère et la jalousie. Pourquoi pas moi ? Voilà, ce que nous répétons chaque jour.

Le Dalaï-Lama le répète souvent dans son discours : se comparer à ceux que nous croyons être plus heureux nous empoisonne l’esprit et le coeur. Il nous est impossible de nous sentir heureux.

Aussi, nous sommes invités à faire l’inverse. Oui, comparons-nous à ceux qui en ont moins. Ça parait terrible comme cela. Mais, être malheureux c’est terrible aussi.

Au lieu de nous comparer à ceux qui ont plus, comparons-nous à ceux qui ont moins.

Dans le livre de François Lelord « Le voyage d’Hector », le personnage se questionne : pourquoi les enfants de ce pays pauvre ont-ils le sourire alors que les adultes non ? La réponse : c’est qu’ils sont encore trop petits pour faire des comparaisons. Ils ont ce qu’ils ont et ne se posent pas la question de ce qu’ils pourraient avoir d’autre.

De plus, dans le livre, le personnage remarque que les gens de la campagne sont plus heureux que ceux vivant en ville, toujours dans le même pays pauvre. C’est parce que ceux de la ville voient tous les jours ce qu’ils pourraient avoir, mais qu’ils n’ont pas, alors que ceux de la campagne ne voient pas toutes ces « tentations » et donc se sentent mieux.

Si toi aussi tu as l’impression de ne pas avoir assez, éloigne-toi de toutes ces tentations. Fais moins du lèche-vitrine, regarde moins la télévision et les publicités. Et, surtout, apprécie déjà ce que tu as et imagine ceux qui ont moins que toi.

 

Une « mauvaise » manière de voir les choses : Vivre en idéalisant notre futur

Et si le bonheur était avant tout une manière de voir les choses ?Certains d’entre nous sont obnubilés par le futur parce qu’il est la promesse d’un mieux. Mais, du coup, ils en oublient de profiter du moment présent.

Malheureusement, notre bonheur ne se trouve seulement et uniquement dans le moment présent. Bien sûr, il n’est pas toujours parfait, contrairement au futur que l’on peut s’imaginer. Mais, il a quelque chose que le futur n’aura jamais, c’est que lui, il existe. Et, c’est cela le plus important.

C’est pourquoi si tu travailles sur un projet qui te tient à coeur, si tu as un rêve, c’est bien. Travaille sur ce rêve, réalise-le. Fais des choses chaque jour qui te font avancer vers lui. Mais, ne fais pas que cela, vis aussi. Vis le moment présent !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Mes conseils de lecture : les 10 livres qui changeront ta vie

Une « mauvaise » manière de voir les choses : Vivre en redoutant le futur

Certains d’entre nous se sentent bien aujourd’hui. Tout va bien. Ils sont satisfaits. Malheureusement, ils n’arrivent pas à savourer leur bonheur, car ils redoutent par-dessus tout le moment où ce bonheur s’arrêtera… 

Alors, je vais être tout à fait honnête. La vie est un cycle : la joie fait place à la souffrance et la souffrance fait place à la joie. Mais, pour autant, ce cycle ne doit pas nous faire peur.

En effet, nous devons profiter au maximum de tous les moments de bonheur de notre vie. Les goûter, les savourer. Ensuite, lorsque ça ira moins bien, nous pourrons les retrouver dans notre mémoire et nous dire : ok, en ce moment, ça ne va pas fort, mais j’ai déjà eu tellement de chance. Et puis, je sais que de beaux moments reviendront. Alors, je vais garder mon sourire et avancer. »

 

La « bonne » manière de voir les choses : Vivre avec la mort pour conseillère

Et si le bonheur était avant tout une manière de voir les choses ?Plus j’avance dans mes recherches et mes réflexions sur le bonheur, plus je me pose des questions, plus je fais des expériences et plus je me dis que la clé se trouve dans la mort. 

La mort nous en avons peur. Nous avons peur de mourir et de voir mourir nos proches. Quand on y réfléchit, c’est une sacrée épreuve que nous envoie la vie : nous sommes nés pour mourir. Mais pas que… heureusement ! Nous sommes nés pour être heureux aussi. 

Et, c’est notre bonheur qui va nous aider à mourir. Car, lorsque la mort viendra frapper pour nous ou pour quelqu’un que l’on aime, nous aurons collectionné des moments de joie qui nous feront nous dire : j’ai eu tellement de chance. Je ne regrette rien. 

Si l’on est capable de sourire malgré la mort, alors nous avons su être heureux.

Je t’invite à vivre la vie selon cette nouvelle manière, à collectionner les moments de joie pour pouvoir les savourer une dernière fois lorsque la mort vient. 

Lève-toi chaque matin avec pour objectif d’avoir des choses belles à raconter à la mort quand elle viendra. Je veux que tu puisses te sentir reconnaissant d’être passé sur Terre. Alors, vis, goûte à la joie de vivre. Entoure-toi de belles personnes et profite de leur présence.

Cette nouvelle manière de voir les choses te poussera à vivre ta vie autrement, à peut-être ne plus perdre ton temps dans des combats inutiles, dans des relations qui t’empoisonnent, à ne plus faire des choses qui ne contribuent pas vraiment à ton bonheur. Et surtout, une manière de vivre ton bonheur à toi et de ne plus te comparer aux autres. 

 

Ce que je te souhaite…

Si tu devais mourir demain, que ferais-tu de différent aujourd’hui ? Quels souvenirs amènerais-tu avec toi ? Lesquels te feront sourire ? Garde-les toujours près de ton coeur pour toutes les fois où tu douteras d’être heureux.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment trouver sa passion ? Et si tu en avais déjà une sans même le savoir 

La mort fait partie de la vie et elle peut vraiment nous aider à voir notre vie de la « bonne » manière, c’est-à-dire à voir notre bonheur et à le savourer.

 

Pour en savoir plus sur comment être heureux

 

Je t’invite à lire ces 2 articles complémentaires :

Découvre dans cet article les 5 erreurs à éviter pour être heureux.

Je partage avec toi dans cet article 10 questions à se poser quand on déprime.

 

Je te propose ces 2 livres pour t’inspirer et t’aider à être plus heureux :

L’art du bonheur du Dalaï-Lama. Retrouve mon résumé dans cet article.

 

 

Le moine qui vendit sa Ferrari de Robin Sharma. Mon résumé est disponible là-bas.

 

 

Je te remercie de tout coeur d’avoir lu cet article.

J’espère qu’il t’a plu et qu’il t’aidera à faire de ta vie, une vie plus belle et plus sereine.

Envoie du bonheur autour de toi en partageant l’article. 

À bientôt.

Tiffany 

Si tu as aimé, tu peux partager :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    124
    Partages
  • 15
  • 109
  •  
  •  
  •  

6 commentaires sur “Et si le bonheur était avant tout une manière de voir les choses ?

    1. Tiffany Buton dit :

      Je te remercie Marion.
      Oui, le livre m’a fait beaucoup réfléchir.
      De plus en plus, je me rends compte de l’importance de revoir notre manière de vivre par rapport à notre mortalité.
      Belle soirée.
      Tiffany

  1. marjorie dit :

    J’aime beaucoup ton article.
    C’est malheureusement tellement vrai, nous oublions ce que nous avons et tous ce qui va dans notre vie.
    Nous voulons toujours plus parce que nous sommes envieux de personnes qui ont un appartement plus grand ou le dernier objet à la mode.
    Nous ne connaissons pas la vie de ces personnes, qui sait les doutes ou les angoisses qu’elles peuvent aussi avoir derrière les apparences extérieures de richesses. D’ailleurs nous envions souvent des biens matériels sans même s’apercevoir que la vraie richesse est ailleurs.
    C’est un cercle vicieux qui nous poussent être de plus en plus aigrie et à n’être jamais satisfait de rien.
    C’est un cercle dans lequel je suis tombée aussi et c’est difficile de changer complètement de manière de penser et de regarder le monde mais je vois l’apaisement que cela apporte tant pour moi que pour mes amis et ma famille. Cela a recréer du lien et permet d’avoir de nouveau un échange sans jugement, être là pour les autres et voir qui est là pour nous.

    1. Tiffany Buton dit :

      Coucou Marjorie,

      Je te remercie pour ton commentaire. Ta réflexion est pertinente et résonne en moi. C’est vrai que notre regard est souvent attiré ailleurs, sur les autres plutôt que sur nous-mêmes. C’est ainsi que nous perdons de vue l’essentiel.

      En fait, j’ai le sentiment que nous nous compliquons bien la vie. 🙂
      Heureusement que nous arrivons à nous recentrer de temps en temps. Et au fur et à mesure, ce sera de plus en plus souvent !

      Je te souhaite une belle soirée.

      Tiffany

  2. Hello Tiffany,
    Un bel article plein de bon sens. Ce que j’ai aussi remarqué c’est la plupart des choses qui nous apportent un vrai bonheur ne sont pas matérielles.

    Célia

    1. Tiffany Buton dit :

      Bonjour Célia,
      Je te remercie pour ton commentaire. Ça me fait plaisir de te lire.
      Je suis tout à fait d’accord, les choses qui nous rendent heureux ne sont pas matérielles. Le bonheur est d’ailleurs souvent une action, un verbe : aimer, s’émerveiller, apprendre, avancer, jouer, rire, voyager, découvrir…
      Je te souhaite une belle et douce journée, Célia.
      Tiffany

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *