Vouloir tout contrôler : et si on laissait la vie nous surprendre ? 

Vouloir tout contrôler : et si on laissait la vie nous surprendre ? 

Vouloir tout contrôler semble le maitre mot de nos sociétés d’aujourd’hui. Oui, on planifie tout, tout doit avoir une raison, une cause, un sens, si bien qu’on en oublie de laisser un peu de place à l’inattendu. Pire même, nous en avons peur. Nous pensons que les choses doivent être ainsi et pas autrement. Heureusement, la vie aime à nous rappeler « à l’ordre ». Elle nous envoie de l’inattendu pour donner un second souffle à notre quotidien parfois trop rigide. 

 

Vouloir tout contrôler : et si on laissait la vie nous surprendre ? 
On se retrouve sur Pinterest ?

Salut, cher lecteur, chère lectrice. C’est Tiffany. J’espère que tu vas bien. Je suis très heureuse de te retrouver dans ce nouvel article.

Aujourd’hui, nous parlons de notre tendance à vouloir tout contrôler. Une tendance qui nous empêche souvent d’être heureux. 

Cet article m’a été inspirée suite à la lecture du très bon livre « Dansez avec le chaos » de Jean-François Vezina. L’auteur nous invite à accueillir l’inattendu dans notre vie. 

C’est une belle lecture et dès plus inspirante, surtout pour les personnes qui (comme moi) ont tendance à grincer des dents lorsque tout ne se passe pas comme prévu. Elle s’adresse aussi à toutes les personnes qui régulièrement se disent : « Pourquoi ça m’arrive à moi et maintenant ? ». Je pense aussi à toutes les personnes qui trépignent d’impatience : « Vite, vite, j’en ai marre d’attendre ! »

Ce livre nous invite à regarder la vie différemment, à se libérer de nos attentes et de nos croyances, pour enfin vivre pleinement notre vie.
 

 

Vouloir tout contrôler : Pourquoi ?

 

Tout doit être utile 

Aujourd’hui, tout doit être utile ou rentable. Quand une chose arrive dans notre vie, la première chose que l’on se dit : Pourquoi et qu’est-ce que je vais bien pouvoir en retirer ? C’est ainsi au travail, en amour, dans nos amitiés et même dans notre temps libre. Tout doit être utile !

Nous avons besoin de sens pour vivre, besoin de comprendre où nous allons. Pour autant, nous n’avons pas besoin d’avoir TOUJOURS un sens à tout ce que nous vivons et de savoir TOUT LE TEMPS où nous allons. Nous pouvons tout simplement parfois nous laisser aller à la vie et ses changements. 

« La vie est à prendre ou à laisser. Celui qui n’aimerait que le bonheur n’aimerait pas la vie, et s’interdirait par là d’être heureux. L’erreur est de vouloir trier, comme aux étalages du réel. La vie n’est pas un supermarché, dont nous serions les clients. » 

 

Des croyances qui nous empêchent d’être heureux

Le principal problème lorsque nous voulons tout contrôler, c’est que nous nous empêchons d’être heureux. Pourquoi ?

Parce que toutes nos idées sur ce que notre vie est censée être, sur ce que nous sommes censés être, sur ce que les autres devraient être… ce ne sont que des croyances. 

Ces croyances peuvent nous rendre heureux, mais aussi nous faire souffrir. Pourquoi ? Parce que trop souvent nos croyances ne viennent même pas de nous. Ce sont les personnes autour de nous qui affirment des choses sur nous, sur notre vie, sur ce qu’on devrait être et ne pas être. 

Nous nous enfermons nous-mêmes dans des cases, des cases qui ne nous correspondent pas toujours. 

Prends-tu le temps de te demander pourquoi fais-tu ceci et cela ? Pourquoi veux-tu être ainsi ? Est-ce un désir, un besoin ou est-ce quelque chose que tu crois devoir faire ou qu’on t’a dit devoir faire ?

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Et si le bonheur était avant tout une manière de voir les choses ?

Pour faire le tri, écoute-toi penser. Oui, écoute toutes les fois où tu te dis : je dois faire ceci, je devrais faire ça, j’aurais dû faire cela…. Là, ce sont des croyances et tu peux les changer.

Ensuite, repère toutes les fois où tu te dis : j’ai envie, je décide, je choisis… Tu constateras que c’est beaucoup plus rare, mais tout ceci, ce sont tes désirs, tes besoins et c’est à toi d’en prendre soin. 

 

Arrêter de vouloir tout contrôler et s’ouvrir à la vie et à l’inattendu

 

Les événements que nous propose la vie ne sont pas toujours agréables. Parfois, d’ailleurs, la vie nous cogne fort sur la tête. Pourtant, là encore, elle nous invite à mieux nous comprendre, à nous dévoiler à nous-mêmes et aux autres.

En effet, si l’on devait se définir seulement par nos croyances et notre tendance à vouloir tout contrôler, notre vie serait bien linéaire, jusqu’à s’effondrer, car ce sont les choses les plus rigides qui se brisent en premier.

C’est pourquoi apprenons à accueillir la vie et les choses inattendues. 

« La vie, c’est ce qui arrive lorsqu’on se préparait à autre chose » John Lennon

 

Nous ne pouvons pas « commander » ce que nous voulons à la vie

Nous vivons dans un monde qui nous pousse à croire que nous pouvons tout contrôler. 

Comprenons que nous sommes responsables de ce qui nous arrive, nous attirons les choses, mais nous ne les contrôlons pas. C’est là une différence fondamentale. 

L’auteur nous invite à revoir la loi de l’attraction. Cette loi telle qu’elle est vue aujourd’hui peut nous faire croire que la Vie, l’Univers n’est qu’une sorte de supermarché, dans lequel nous pouvons « commander » tout ce que nous voulons.

Cela se gâte lorsque c’est la maladie ou un licenciement qui vient à notre porte. On finit par croire que c’est de notre faute, que nous le méritons et nous nous sentons coupables.

Nous ne pouvons pas tout contrôler, parfois il nous arrive ce qu’il nous arrive, semant le chaos dans notre vie et il n’y a pas vraiment de raison à cela. C’est là, voilà tout. La vie nous invite à vivre avec, à faire preuve de créativité et avoir confiance en nous. 

 

Arrêter de vouloir tout contrôler pour réussir sa vie amoureuse

Vouloir tout contrôler : et si on laissait la vie nous surprendre ? Nous venons de voir que nous ne pouvons pas commander à l’Univers ce que nous voulons et cela concerne aussi le domaine amoureux. Croire que la bonne personne pour nous existe est un mythe.

Un mythe qui gâche notre vie amoureuse, car nous passons d’une personne à l’autre en nous disant : ce n’était pas la bonne, c’est tout, sans vraiment nous « battre » ni faire des efforts.

Il faut comprendre qu’en amour, nous tombons amoureux d’une personne pour des raisons qui après quelques temps nous pousseront à la quitter. D’ailleurs, le sketch de Florence Foresti le représente très bien : tu peux le regarder en cliquant ici.

Pourquoi faisons-nous cela ? Parce que nous croyons que la personne parfaite pour nous existe. Nous n’aimons pas que notre partenaire nous surprenne et pas de manière toujours agréable. Nous avons besoin de tout contrôler et ce n’est pas possible de vivre avec quelqu’un qui n’est pas et ne fait pas exactement ce qu’on attend de lui. Alors, nous passons à quelqu’un d’autre.

Mais à quel prix ?! La souffrance. 

Respirons quelques instants et reconnectons-nous à notre coeur, notre âme : qu’est-ce qui est le plus important entre découvrir une personne petit à petit ou de rester accroché à ses rêves ? Qui de la réalité ou du rêve est le plus important pour nous ? 

Lorsque nous sommes « heurtés » par le comportement de l’autre, c’est qu’il est temps de ré-ouvrir la conversation avec cette personne. C’est que peut-être nos attentes vis-à-vis d’elle sont devenues trop rigides et que nous nous sommes déconnectés de la réalité, préférant vivre dans notre rêve fait d’attentes irréalistes. 

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  1 technique simple pour avoir enfin confiance en soi

Arrêter de vouloir tout contrôler pour réaliser ses rêves

Quand nous voulons tout contrôler, nous sommes trop rigides par rapport à nos rêves, à ce qu’ils devraient être, comment ils devraient se réaliser. Dans notre tête, tout doit être parfait !

C’est pourquoi nous préférons plutôt procrastiner que de faire les choses. Oui, à quoi bon faire les choses si elles ne sont pas parfaites ? 

Nous procrastinons quand nous avons peur que la réalité ne soit pas à la hauteur de notre idéal. On préfère rêver d’ouvrir notre entreprise que de l’ouvrir vraiment. On préfère s’imaginer conférencier, danseuse étoile que de le devenir. Pourquoi ?

Parce que le rêve n’est pas douloureux, mais la réalité peut l’être puisqu’elle n’est pas parfaite.

Osons sortir de notre cachette en nous posant cette simple question : « Est-ce que mon rêve est plus important que la réalité ? » Puis, laissons-nous guider par la vie pour aller vers notre rêve. Il y a aura des hauts et des bas, mais pendant tout ce temps, nous vivrons ! 

 

Arrêter de vouloir tout contrôler pour trouver sa vocation

Vouloir tout contrôler : et si on laissait la vie nous surprendre ? Le travail, aujourd’hui, est une action qui a perdu son sens. Il y a tout un tas de croyances auxquelles nous croyons qui vient nous mettre des bâtons dans les roues.

Le travail et la passion sont liés. Mais qui dit passion ne dit pas douceur. Dans la passion, il y a aussi le mot souffrance.

Trouver sa vocation, allier le travail et sa passion n’est pas évident. Cela demande tout d’abord de s’exprimer : exprimer nos rêves, qui nous sommes, nos talents. C’est donc regarder nos parents, nos amis, la société et leur dire : Je ne veux pas combler vos attentes : ces choses que vous voudriez que je sois, que je fasse ne me conviennent pas. Je décide d’être moi. »

Cela peut nous faire peur. Et c’est une bonne nouvelle, car pour trouver ce qui vraiment nous tient à coeur, trouver ce que nous pouvons apporter au monde, il faut aller piocher dans nos peurs justement. Tous ces moments où nous avons été blessés, humiliés par la vie, c’est ici que se trouve nos valeurs, nos passions et ce que nous pouvons offrir au monde. 

Travail, passion et vocation ne riment pas avec succès et richesse. Cela rime avec être soi-même, et c’est ça, le secret du bonheur.

Nous parlons d’être nous-même et il n’y a rien d’égoïste à cela. Bien au contraire. Car c’est seulement en étant nous-mêmes que nous pouvons apporter notre regard, notre expérience, nos talents uniques au monde. 

 

Arrêter de vouloir tout contrôler pour transformer ses peurs

Notre tendance à vouloir tout contrôler fait naitre beaucoup de peurs : peur de perdre son temps, peur de ne pas être à la hauteur…

Ses peurs-là, loin d’être handicapantes en matière de bonheur, nous aident justement à prendre conscience de nos besoins et de nos désirs.

Nos émotions sont saines et utiles. J’adore les émotions, même les plus fortes comme la colère, la peur et la tristesse, car je sais que ce sont de précieuses alliées. Elles me guident vers la personne que je suis et m’éloignent de celle que je crois devoir être. Je parle des émotions et comment mieux les gérer pour être plus heureux dans mon ebook. Pour le découvrir, clique ici.

Jean-François Vézina dans son livre « Dansez avec le chaos » partage un exemple éclairant sur ce que peut te dire la peur : 

« J’ai découvert que ma peur de danser cachait en fait un immense désir de bouger librement. Ainsi, je n’ai pas tant peur de danser que de mon intense désir de me laisser aller. Ma peur de danser révèle ainsi mon désir d’exprimer ma folie refouler dans la peur des faux pas. Regarder de l’autre coté des « faut pas » permet de rencontrer l’inattendu en nous, de remettre la vie en mouvement, de s’ouvrir à tout un monde nouveau, de redonner à notre oeil sa nature sauvage et de retourner dans le courant naturel de la vie, qui danse continuellement avec ses contraires. »

Et toi, de quoi as-tu peur ? Qu’est-ce qui se cache derrière cette peur ? Quel est ce désir, ce besoin que tu refoules ? 

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Vouloir changer de vie : 2 pièges à éviter

Transformer ses peurs pour être soi-même

Vouloir tout contrôler : et si on laissait la vie nous surprendre ? Faire les choses qui te font peur, petit à petit bien sûr, t’aidera à redonner du souffle à ta vie et à te reconnecter avec cette belle personne que tu es. Tu es unique, alors pourquoi ne veux-tu pas être toi, là, maintenant ? 

Trop souvent, nous nous concentrons sur la personne que nous devrions être, que nous serons, mais pourquoi ne nous concentrons-nous pas plutôt sur celle que nous sommes maintenant ? Il n’y a que cette personne qui compte.

Sois la personne que tu veux être, maintenant. 

 

Quand on arrête de vouloir tout contrôler, on « joue » avec la vie.

Vivre pleinement sa vie, être pleinement soi-même, c’est arrêter d’attendre les circonstance parfaites et que l’on soit parfait.

En fait, nous sommes là pour jouer au jeu de la vie. Ni plus ni moins. Cessons de nous prendre au sérieux, de prendre trop la vie au sérieux. Nous n’avons qu’à faire au mieux avec ce que nous avons et à continuer d’improviser pour vivre heureux. 

« Tu n’existes pas pour impressionner le monde. Tu existes pour vivre de la façon qui te rend heureux. »

Laisse de coté tes croyances, tes attentes, tes rêves de perfection et laisse-toi surprendre par la vie et par tes peurs, car c’est là que tu te trouves.

 

C’était quand la dernière fois que tu t’es fait surprendre par la vie ? Où en es-tu avec la tendance de vouloir tout contrôler ?

 

Pour en savoir plus sur comment arrêter de vouloir tout contrôler

Je t’invite à lire ces 2 articles complémentaires :

  • Comment mieux gérer le changement ? Je t’invite à découvrir mes techniques en cliquant ici.
  • Découvre les 3 secrets pour vivre une vie plus passionnante et plus sereine, en cliquant ici.

Je te propose de lire ce livre inspirant : 

  • L’apprentissage de l’imperfection de Tal Ben-Shahar. Je t’ai résumé ce livre qui répond à la question : comment être bien dans sa peur dans cet article. 

 

Je te remercie d’avoir lu cet article.

J’espère de tout coeur qu’il t’a plu et qu’il te sera utile pour faire de ta vie, une vie plus belle et plus sereine.

Tu peux le partager, si toi aussi, tu as à coeur de propager le bonheur autour de toi.

Porte-toi bien !

Tiffany 

Si tu as aimé, tu peux partager :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    61
    Partages
  • 18
  • 43
  •  
  •  
  •  

6 commentaires sur “Vouloir tout contrôler : et si on laissait la vie nous surprendre ? 

  1. marjorie dit :

    Je pense que le contrôle c’est un peu comme tout, on a toujours du mal à placer le cursus au bon endroit. Ne pas être dans le trop ou le trop peu et surtout si l’équilibre bascule, savoir s’en rendre compte et le rétablir sans stress.
    Quand j’ai décidé de reprendre ma vie en mains, j’ai commencé par vouloir maîtriser ce que je pouvais : mes finances, mon alimentation, mes relations, mon travail,…
    Je ne me suis pas aperçue (pendant des années) que j’étais tombé dans le trop. Je cherchais à maîtriser des événements extérieurs, à maîtriser la partie de la relation de l’autre,…
    J’étais dans une frustration permanente qui avait des effets pervers indéniables mais dont je n’avais pas du tout conscience.
    Quand j’ai enfin commencer à lâcher prise avec tout cela, j’ai été libérée d’une prison que je m’étais moi-même infligée.
    J’ai pu apprécier la vie quotidienne sans toujours chercher le plus, me centrer sur ma partie de la relation et laisser aux autres la leur, garder le sourire et accepter que parfois tout n’est pas rose mais que le soleil reviendra bien un jour…
    Mon stress a diminué, mon agressivité a disparu, mes kilos se sont envolés et je suis mieux dans ma tête et dans mon corps que je n’ai jamais été.
    Parfois on ne se rends pas compte qu’à trop vouloir bien faire, on fait mal et qu’au lieu d’être libre et soi, en s’enferme dans nos peurs et dans nos frustrations. On place mal le cursus et on arrive plus à équilibrer la balance

    1. Tiffany Buton dit :

      Bonjour Marjorie, encore une fois ton commentaire est rempli d’une belle sagesse et d’un grand recul. Merci de tout coeur d’apporter ton expérience et ton regard. C’est éclairant.

      J’aime beaucoup cet idée d’équilibre, de trouver le juste milieu. Car effectivement à vouloir tout faire bien, on peut faire mal. À vouloir être gentille, on peut en devenir agressif car on a oublié de satisfaire nos propres besoins et on se retrouve épuisés.

      S’occuper de soi, se préoccuper de soi nous permet justement de rester en équilibre. Donner, se donner et recevoir.

      Je suis heureuse que tu vives ce lâcher prise. J’ai remarque que lorsqu’on lâche prise sur nous-mêmes, on lâche-prise sur les autres. On porte de moins en moins de jugements et on se sent de plus en plus libres.

      Je suis tout à fait d’accord, la vie n’est pas toujours rose. Et, c’est dans ces moments-là que l’on a vraiment besoin de prendre soin de nous et de s’entourer de personnes avec qui on partage des relations apaisées.

      J’aime beaucoup cette idée de s’occuper de ta part de la relation et de laisser à l’autre la sienne. C’est très important. J’aimerais bien creuse un peu cette idée. Merci pour cette belle dose d’inspiration.

      Je te remercie de tout coeur, Marjorie, et je te souhaite le meilleur.
      Tiffany

      1. marjorie dit :

        Je te remercie des réponses. Elles me font énormément plaisir 🙂

        Concernant cette idée de m’occuper uniquement de ma partie de la relation et de laisser à l’autre la sienne, je l’ai découverte dans “la maîtrise de l’amour” de Miguel Ruiz.
        Cette idée et celle de la cuisine magique m’ont énormément parlé et fait réfléchir.

        1. Tiffany Buton dit :

          J’adore Don Miguel Ruiz. Le livre qui justement m’a beaucoup aidée dans mes relations et à ressentir plus de paix intérieur, c’est un livre de lui “La voix de la connaissance”. L’as-tu lu ?
          Je vais lire “La maitrise de l’amour”. Je te remercie Marjorie. Je suis super contente !

          1. marjorie dit :

            Je n’ai pas le lu ce livre. Malheureusement, il n’est pas disponible dans la bibliothèque de ma ville. Par contre, j’ai trouvé un autre livre de cet auteur : “Le don du pardon”.
            Je pense qu’il s’agira de ma prochaine lecture 🙂

          2. Tiffany Buton dit :

            Je voulais emprunter du même auteur “Pratique de la voix toltèque”, mais pareil la médiathèque ne l’a pas.
            Je me dis qu’un jour au détour d’une balade ou d’un achat sur internet, il m’apparaitra et je me l’offrirai. 🙂
            Belle soirée Marjorie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *