Être trop gentil : 7  conseils pour ne plus s’oublier pour les autres

Être trop gentil : 7  conseils pour ne plus s’oublier pour les autres

Être trop gentil, c’est petit à petit se perdre dans un quotidien qui ne nous plait pas. C’est accumuler de la fatigue et de la frustration. C’est s’oublier, oublier ce qui nous fait vibrer, car on ne pense qu’aux autres. Alors, comment ne plus s’oublier pour les autres ? Voici 7 conseils ! 

 

Être trop gentil : 7  conseils pour ne plus s’oublier pour les autres

 

1 – Pourquoi es-tu trop gentil, trop gentille ?

 

Tout d’abord, il est essentiel de comprendre ce qui te pousse à être trop gentil, trop gentille.

C’est pourquoi je t’invite à te poser ces 4 questions et d’y répondre le plus honnêtement possible : 

À quel moment, avec quelle personne tu as tendance à être trop gentil ?

Qu’est-ce que ça t’inflige ? Quels sont les inconvénients ?

Qu’est-ce que ça te rapporte ? Quels sont les bénéfices ?

Comment trouver ailleurs les bénéfices ?

En effet, être trop gentil ça a à la fois des avantages et des inconvénients. On est trop gentils, parce que c’est plus facile de dire oui que de dire non, parce que ça montre que nous sommes des personnes sur qui on peut compter, on se sent utiles…

Il est essentiel que tu comprennes qu’être trop gentil, trop gentille t’a été utile par le passé, que c’était pour toi la meilleure des réponses.

Mais, maintenant, tu ne veux plus être trop gentil, trop gentille. Tu veux que cela change.

Alors, changeons cela.

 

Être trop gentil : 7  conseils pour ne plus s’oublier pour les autres

 

2 – Faire le point sur tes besoins

 

Que veux-tu ? Qu’as-tu besoin ? En fait, qu’attends-tu de tes relations ? Comment veux-tu te sentir ? Qu’es-tu prêt.e à faire pour cela ?

En effet, même dans nos relations, il est essentiel de faire le point pour savoir ce que nous voulons. Connaitre nos objectifs.

Car, sans objectifs, nous ne savons pas quelles actions poser, quel cadre donner, quelles limites garder.

Quel genre de relations souhaites-tu vivre au travail, en couple, entre amis ?

Quelle place souhaites-tu avoir dans une relation ? Comment as-tu envie de te sentir ? Qu’as-tu envie de faire, de partager  et qu’est-ce que tu n’as plus envie de faire ou de partager ?

Allons plus loin encore : quel genre de vie souhaites-tu vivre ? Quelle place souhaites-tu te donner à toi-même et quelle place souhaites-tu donner à tes relations ?

En quelle proportion souhaites-tu avoir du temps pour toi et du temps pour les autres ?

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment vivre en couple : 6 choses que notre partenaire n’est pas

Ferme les yeux et visualise cette vie dans laquelle tu vis des relations idéales, dans laquelle tu n’as plus besoin d’être trop gentil, trop gentille. 

Visualise autant de fois que nécessaire et régulièrement d’ailleurs. En effet, tes besoins évoluent avec le temps et tes relations aussi.

 

3 – Être trop gentil : apprendre à exprimer tes besoins

 

Maintenant que tu as une meilleure connaissance de tes besoins, apprends à les exprimer.

Concrètement, reviens sur les relations qui aujourd’hui te posent problème, dans lesquelles tu te montres trop gentil, trop gentille.

Comment exprimer dans ces relations tes besoins ? Avec quels mots, quelle posture ?

Comprends que tu as le droit de dire « Je veux », « J’ai besoin » dans toute relation.

Comprends que l’autre a le droit de demander aussi et que tous deux vous êtes libres de dire non. 

Pour te sentir plus à l’aise à l’idée d’exprimer tes besoin à l’autre, je t’invite encore à fermer les yeux et à imaginer la scène.

Tu peux aussi le faire par écrit si tu es plus à l’aise ainsi. 

Surtout, fais-le pour toi, pas contre les autres. Tu verras la posture sera plus légère.

En effet, tu n’es pas ici parce que tu es victime de l’autre, tu es ici parce que tu as envie de satisfaire tes besoins, c’est différent. Il n’y a pas de combat à mener, pas à se justifier ni à se défendre.

Pour toi, tes besoins sont plus importants que ceux des autres. Et pour les autres, leurs besoins sont plus importants que les tiens. C’est normal.

Comprends que si chacun s’occupait de ses besoins, tout serait plus léger. Alors, participe à la construction de ses nouvelles relations.

 

Être trop gentil : 7  conseils pour ne plus s’oublier pour les autres

 

4 – Être trop gentil : apprendre à dire non

 

La hantise de toute personne trop gentille (rires) !

En effet, dire non effraie, car nous pensons que c’est le plus sûr moyen de déplaire aux autres, de les décevoir. Ce qui est vrai !

Oui, nous allons décevoir et déplaire aux autres en leur disant non. 

Mais, nous avons le droit ! 

Nous avons le droit de dire non, le droit de déplaire et de décevoir.

C’est pourquoi il est plus que temps pour nous de nous accorder ce droit.

Tu as envie de te reposer ce week-end et aucune envie d’aider ton ami à déménager. Dis-non !

Alors, tu peux y mettre les formes bien sûr (rires). Tu peux lui dire : Ce week-end, je ne suis pas disponible, mais je peux t’aider ce soir pour faire quelques cartons avec toi ou je peux venir lundi pour t’aider à déballer tes cartons et j’apporterai des pizzas pour partager un bon repas avec toi…

En fait, propose quelque chose qui te fasse plaisir à toi aussi. Ne fais pas quelque chose qui ne te fait pas plaisir, car tu te rendra malheureux, malheureuse et ton ami le verra et t’en voudra pour cela. Autrement dit, il vaut mieux que tu ailles chez lui quand ça te plait avec le sourire et les yeux qui pétillent de joie.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Faut-il être égoïste pour être heureux ?

Finalement, dire non, c’est se dire oui à soi. C’est remettre sa propre joie au centre de sa vie. Et, par chance, la joie est contagieuse. Si tu es joyeux, joyeuse, tu contamineras ces autres que tu as peur de décevoir et de déplaire. 

 

Être trop gentil : 7  conseils pour ne plus s’oublier pour les autres

 

5 – Oser penser à soi

 

Être trop gentil, trop gentille, c’est penser aux autres avant de penser à soi.

En fait, être trop gentil, trop gentille, c’est penser aux conséquences de notre décision pour la personne, avant de penser aux conséquences que cela aura pour nous.

En effet, nous pensons avant tout au bien-être des autres, c’est ainsi que nous avons été éduqués enfants.

Mais, maintenant, cela nous joue des tours, car être trop gentils, trop gentilles nous épuisent au quotidien.

C’est pourquoi il est temps d’oser penser à toi en premier. Pense à tes besoins, pense à ton bien-être et à ta joie.

Est-ce que cette décision te met en joie ? Alors, fais-le ! Sinon, ne le fais pas et exprime-le. Trouve un compromis si besoin.

 

6 – Ne pas mener de combats inutiles

 

Être trop gentil, trop gentille, c’est se voir parfois comme victime des autres. Alors, on leur prête des intentions, on se dit qu’ils le font exprès et nous nous créons une histoire qui va nous peser chaque jour un peu plus sur le coeur.

Et si on arrêtait de mener des combats inutiles en choisissant pleinement les moments où nous souhaitons être trop gentils et d’autres fois non ?

En effet, ne t’enferme pas dans des combats entre victime et bourreau. Libère-toi de tout cela.

Sois toi. Assume tes choix, tous tes choix qu’ils soient « gentils » ou « pas gentils ».

Sois à l’écoute de tes besoins. Fais-toi confiance.

Laisse les autres bouder quand ils sont déçus, toi continue de vivre. Lâche prise sur tous ces petits jeux de pouvoir. 

Sois juste aligné.e avec toi-même et tes choix.

 

Être trop gentil : 7  conseils pour ne plus s’oublier pour les autres

 

7  – Vivre pour soi

 

Arrêter d’être trop gentil, trop gentille, c’est vivre pour soi !

C’est arrêter d’imaginer l’impact de nos décisions sur la vie des autres pour vivre pleinement sa propre vie.

Car, souvent les personnes trop gentilles sont les personnes qui attendent le plus des autres et ce sont celles qui ont les relations les plus malheureuses.

En effet, les attentes ne sont pas saines, elles sont destructrices même.

Autrement dit, cesse d’avoir des attentes, satisfais tes propres besoins ! 

Sois bien avec toi-même.

Souviens-toi : tu es la cerise sur le gâteau pour les autres. Autrement dit, tu n’as pas à être responsable de leur bonheur.

Les autres sont la cerise sur ton gâteau. Autrement dit, ne fais pas dépendre ton bonheur des agissements des autres.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment communiquer facilement ? 10 conseils pour de meilleures relations

Sois libre. Laisse les autres libres.

 

Être trop gentil : 7  conseils pour ne plus s’oublier pour les autres

 

En savoir plus pour avoir de meilleures relations avec les autres

 

Je t’invite à lire ces 2 articles complémentaires :

 

Je te conseille ces 2 livres inspirants sur le sujet :

  • Minute papillon d’Aurélie Valognes. Un roman tout doux dans lequel une femme est toujours trop gentille avec les autres. Pourtant, son fils vient de partir et ne lui donne aucunes nouvelles et ses employeurs à qui elle a tout donné s’en vont sans états d’âme. Cette dernière se retrouve toute seule avec sa déception. C’est au contact d’une vieille dame au caractère bien trempé qu’elle va apprendre à vivre pour elle et à s’affirmer auprès des autres. Je te conseille de tout coeur ce livre qui est un merveilleux moment de lecture et qui te donnera envie de penser plus à toi et moins aux autres pour vivre une vie plus légère et plus saine.

 

 

  • S’affirmer et communiquer de Madeleine Beaudry et de Jean-Marie Boisvert. Un livre génial sur les relations humaines ! En effet, les auteurs nous expliquent ce qu’est une relation saine et harmonieuse et comment la mettre en place et l’entretenir. Les conseils sont concrets et simples à utiliser ! C’est pourquoi je te conseille de tout coeur ce livre qui t’aidera à rendre tes relations bien plus harmonieuses et sereines. 

 

 

 

Je te remercie de tout coeur d’avoir lu cet article.

Si tu as aimé, partage-le !

Écris « oui » dans les commentaires si ça résonne en toi.

De tout coeur,

Tiffany

Si tu as aimé, tu peux partager :)
 
 
    

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *