Faut-il être égoïste pour être heureux ?

Faut-il être égoïste pour être heureux ?

Faut-il être égoïste pour être heureux ?Faut-il être égoïste pour être heureux ? C’est une question que nous nous posons lorsque nos relations nous épuisent. Nous avons l’impression de beaucoup donner, mais rien ne vient en retour. Nous regardons nos proches et nous nous demandons : comment font-ils pour être aussi heureux ? Et si finalement être égoïste était la clé du bonheur ?

 

Salut, cher lecteur, chère lectrice. C’est Tiffany. J’espère que tu vas bien. Je suis très heureuse de te retrouver dans ce nouvel article.

Aujourd’hui, nous nous retrouvons autour de cette question « Faut-il être égoïste pour être heureux ? »

C’est une question qu’il est légitime de se poser lorsque certaines de nos relations semblent aller que dans un sens.

Pour y répondre, nous allons voir :

  • La définition de l’égoïsme
  • Comment en terminer avec l’égoïsme et être plus heureux
  • Comment avoir de meilleures relations avec les autres

 

1 – Qu’est-ce que l’égoïsme ?

 

La définition de l’égoïsme

 

Voici ce que dit le dictionnaire Le Larousse :

  • Attachement excessif porté à soi-même et à ses intérêts, au mépris des intérêts des autres.

J’ai lu cette définition éclairante dans le livre de Lise Bourbeau « La puissance de l’acceptation ». Tu peux retrouver le résumé de ce livre en cliquant ici.

“Être égoïste, c’est vouloir que l’autre s’occupe de nos besoins avant les siens ; c’est prendre pour soi au détriment de l’autre ; c’est croire que les autres sont responsables de notre bonheur. Ainsi, c’est le contraire de l’amour véritable.”

 

Qui sont les véritables égoïstes ?

 

Ce que je vais te dire ne va peut-être pas te plaire et pourtant si tu pouvais bien lire les mots qui vont suivre, les lire et y réfléchir, ça pourrait transformer tes relations et donc ta vie.

En fait, quand nous traitons les autres d’égoïstes, souvent c’est nous-mêmes qui faisons preuve d’égoïsme.

Faut-il être égoïste pour être heureux ?Voici un exemple :

Quand nous reprochons à notre compagnon de s’installer dans le canapé après le travail, parce que nous voudrions qu’il fasse la cuisine, nous sommes égoïstes. Notre compagnon a en effet le droit de disposer de son temps comme il l’entend. Il a le droit de se reposer, s’il le veut. 

« L’obliger » à aller faire la cuisine parce que nous n’en avons pas envie, c’est faire passer nos besoins avant les siens. Nous sommes donc égoïstes !

Bien sûr, nous avons le droit d’exprimer notre besoin à notre compagnon : Je suis fatigué. Aussi, je n’ai pas envie de faire la cuisine. Pouvons-nous réfléchir à une solution ?

 

Faut-il être égoïste pour être heureux ? 

 

Ma réponse est : Non, nous n’avons pas à être égoïstes pour être heureux. C’est bien le contraire d’ailleurs.

En effet, demander aux autres de satisfaire nos besoins au détriment des leurs est la meilleure des façons pour détruire nos relations.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment sauver son couple ? 5,5 erreurs à éviter

Je pense que nous faisons une erreur : celle de croire que des autres dépend notre bonheur. Ce n’est pas vrai ! Nous sommes assez grands, assez forts, assez capables pour construire notre propre bonheur, pour satisfaire nos propres besoins.

Par contre, nous aurons toujours besoin des autres pour être PLUS heureux. Des autres nous recevrons de l’amour et de l’affection, à condition que nous les laissions libres de faire ce qu’ils veulent et à condition que nous soyons capables de faire ce qui est bon pour nous.

Tu te dis sûrement : « C’est bien beau Tiffany… mais comment fait-on pour ne pas être égoïste ? »

 

2 – Comment en finir avec l’égoïsme et être plus heureux ?

 

Reprendre la responsabilité de notre bonheur

 

Faut-il être égoïste pour être heureux ?Le bonheur se trouve en nous, dans notre regard que nous avons sur notre vie, sur la personne que nous sommes et les gens qui nous entourent. 

Notre bonheur nous appartient et nous en sommes responsables. 

Mais où se trouve-t-il notre bonheur ? Dans la quête de nous-mêmes, la connaissance de nos besoins, de nos rêves, de ce que nous aimons et n’aimons pas.

Nous avons un devoir de réalisation ! La vie est précieuse, c’est un cadeau. Pour l’apprécier à sa juste valeur : aimons faire ce que nous faisons et faisons ce que nous aimons. Ne gaspillons plus nos talents.

 

Ne plus nourrir d’attente

 

Notre bonheur se trouve dans notre responsabilité ! Autrement dit, nous n’avons plus besoin que quelqu’un d’autre nous rende heureux. Cela nous libère des attentes pour notre plus grand bonheur et celui des autres également.

Car, ne nous leurrons pas : partir en quête de soi-même demande du temps, de la patience et de la douceur. Se connaitre est l’affaire de toute une vie alors comment pouvons-nous mettre entre les mains de quelqu’un d’autre cette quête ? 

Reprenons-la ! Et libérons l’autre ! 

Raphaëlle Giordano dans son livre « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une » utilise une très belle expression : 

« Les autres deviennent notre cerise sur le gâteau » 

Nos proches ne sont plus responsables de notre bonheur, ils sont des « plus » à notre bonheur. 🙂 

 

Faire la différence entre « plaire » et « aimer »

 

Faut-il être égoïste pour être heureux ?Voici une autre prise de conscience pour en finir avec l’égoïsme : Faisons la différence entre les mots « plaire » et « aimer ».

Tant que nous avons des attentes par rapport à l’autre, nous sommes égoïstes. Notre entourage n’a pas à satisfaire nos besoins. Ils peuvent refuser nos demandes.

En effet, ce n’est pas parce qu’une personne me refuse quelque chose et ne me fait pas plaisir, qu’elle ne m’aime pas. Et bien évidemment, l’inverse est vrai. Nous n’avons pas à faire plaisir en satisfaisant les attentes de tout le monde et tout le temps, pour être aimé.

Cette différence nous renvoie à deux choses importantes :

  • Nos proches peuvent nous refuser des choses sans pour autant manquer d’amour envers nous. Ils ne sont pas égoïstes en ne sacrifiant pas leur besoin au profit du nôtre.
  • Nous avons le droit de refuser de satisfaire le besoin d’un de nos proches. Nous ne sommes pas égoïstes en ne sacrifiant pas un de nos besoins au profit de celui de notre proche. 


Autrement dit, si nous choisissons de répondre au besoin d’un proche, c’est que nous le VOULONS, car nous n’y sommes pas obligés !

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Un mot pour atteindre la sérénité.

Comment refuser une demande sans être égoïste ?

 

Peut-être que tu te dis : « Tiffany, t’es sympa, mais… comment fait-on pour refuser de satisfaire un besoin à un proche ? » 

Cela s’appelle l’affirmation de soi.

L’affirmation de soi, c’est s’accorder le droit d’exister tout en accordant à l’autre ce même droit.

« Voilà ce que je pense, ce que je ressens et je suis prêt à écouter ce que toi, tu penses et ce que tu ressens. »

S’affirmer est la clé pour avoir de bonnes relations avec les autres.

S’affirmer, c’est se donner le droit de faire des demandes et de donner le droit à l’autre d’accepter ou de refuser. L’autre a aussi le droit de nous faire des demandes et nous avons le droit d’accepter ou de refuser.

Faut-il être égoïste pour être heureux ?Pour refuser, il nous suffit de nous affirmer (se donner le droit d’exister) et de… REFUSER ! 

En effet, nous n’avons pas besoin de nous justifier et nous perdre dans les détails.

Refuser ne veut pas forcément dire un non catégorique. Cela peut être de proposer autre chose ou de faire différemment : 

  • Non, je ne peux pas garder tes enfants ce samedi. Je peux samedi prochain.
  • Non, je ne peux pas terminer le dossier ce soir, mais je vous propose de venir plus tôt demain matin.

 

Comment demander quelque chose sans être égoïste ? 

 

Comment faire quand nous avons un besoin qui diffère de celui d’un proche ? Il suffit de demander ! 🙂

Quand nous voulons demander quelque chose, voici quelques règles à suivre :

  • Identifier clairement ce que l’on veut. Cela demande de prendre la responsabilité de nos besoins, ce qui peut faire peur. On peut se dire « Qui suis-je pour demander cela ? ». À cela, je réponds que nous avons le droit ! En effet, nos besoins valent autant que ceux des autres. Si nous avons besoin d’aide pour faire la vaisselle ou autre, demandons !
  • Faire une demande claire et brève. Pas besoin de nous perdre dans des détails et justifications.
  • Demandons et laissons l’autre libre et responsable de sa réponse.
  • Soyons prêts à négocier. 

 

3 – Comment avoir de meilleures relations avec les autres

 

Nos relations sont l’essence de notre vie

 

Faut-il être égoïste pour être heureux ?Nous sommes des êtres qui ont besoin des autres pour être heureux. Il suffit de voir l’évolution des enfants qui manquent d’amour…

Nous avons besoin d’interaction, d’attention et d’amour. Autrement dit, ce n’est pas en nous coupant des autres que nous serons plus heureux. C’est bien l’inverse. 

 

Donner pour recevoir 

 

Mais alors s’il est essentiel d’avoir de bonnes relations avec les autres pour être heureux, comment faire ? 

N’attendons pas de recevoir pour donner, car c’est en donnant que nous recevrons. 

« Semez un reproche, et vous recolterez rancoeur et désenchantement. Semez de l’amour et de la reconnaissance, et vous récolterez tendresse et gratitude ».

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment une citation de Marc Aurèle peut changer toute notre vie

S’aimer soi-même pour aimer les autres

 

Que pouvons-nous donner aux autres ?

C’est là que ça se « complique ». En effet, nous ne pouvons pas donner ce que nous ne possédons pas. 

Faut-il être égoïste pour être heureux ?Autrement dit, si nous voulons recevoir de l’amour des autres, il nous faut leur donner de l’amour d’abord. Mais pour pouvoir donner de l’amour, nous devons posséder de l’amour en nous. 

En fait, tout part de nous ! 

Heureusement, apprendre à s’aimer s’apprend. Je te partage mes 3 exercices préférés dans cet article.

” Vous ne pouvez rien donner, si ce n’est le contenu de votre coeur, et vous ne pouvez rien attirer, si ce n’est ce que vous offrez aux autres.”

 

Mettre plus de bienveillance et de compassion dans nos pensées et actions quotidiennes 

 

Je suis consciente que prendre la décision de donner aux autres avant de recevoir peut être difficile à certains moments de la journée. 🙂 

C’est pourquoi j’ai à coeur de te partager cette citation extraordinaire que j’ai lu dans le livre « Le chat du Dalaï-Lama » de David Michie.

Cette citation a changé ma vision des choses et, à chaque fois que je me surprends à râler sur quelqu’un ou à me refermer sur moi-même, je me la remémore : 

« Une autre raison pour laquelle nous devrions nous comporter avec amour et compassion envers tous les êtres vivants. Nous ne savons jamais dans quelles circonstances nous les rencontrerons de nouveau. »

 

Faut-il être égoïste pour être heureux ?

 

Pour en savoir plus sur comment être plus heureux :

Je t’invite à lire ces 2 articles complémentaires :

De plus, tu peux lire ces 2 livres inspirants :

  • L’art du bonheur du Dalaï-Lama. Je te partage les 14 conseils du Dalaï-Lama pour vivre heureux dans cet article.
  • La puissance de l’acceptation de Lise Bourbeau dont le résumé est disponible ici.

 

J’espère de tout coeur que cet article t’a plu et qu’il te permettra de prendre du recul sur certaines de tes relations et de les vivre désormais avec plus de sérénité.

Tu peux partager l’article, si toi aussi tu penses que le bonheur se décide et s’apprend.

À bientôt,

Tiffany

Si tu as aimé, tu peux partager :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    47
    Partages
  • 45
  • 2
  •  
  •  
  •  

2 commentaires sur “Faut-il être égoïste pour être heureux ?

  1. Tu résume parfaitement le sujet Tiffany. L’amour que nous portons aux autres est teinté d’attentes. Dès qu’il ou elle ne comble pas celles-ci, nous sommes frustrés. Nous mettons des conditions à notre amour, juste pour nourrir l’égo. C’est une des choses que l’on enseigne dans les retraites de méditation.
    Bel article !

    À bientôt

    1. Tiffany Buton dit :

      Bonjour Jérémy !
      C’est exactement cela, nous mettons des conditions à notre amour. Ça me fait penser au livre Les quatre accords toltèques qui dit de ne rien prendre personnellement.
      Malheureusement, nous avons été éduqués de sorte que nous pensons que tout tourne autour de nous et que nous sommes responsables de tout. Nous croyons que les autres pensent de la même manière que nous et vivent dans le même monde que nous. C’est faux.
      Dès lors que nous comprendrons que nous sommes libres, au même titre que toutes les personnes sur Terre, nous pourrons tout d’abord nous aimer nous-mêmes et aimer les autres véritablement.
      C’est un sujet libérateur, c’est génial que tu l’enseignes dans les retraites de méditation !
      À bientôt, Jérémy.
      Je te remercie d’avoir partagé sur ce sujet qui me tient à coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *